Aller à la barre d’outils

Non aux compteurs intelligents!

Non aux compteurs intelligents!
compteurs intelligents mouchard

Les compteurs connectés dit « intelligents » sont en train de se répandre dans l’UE suite à une directive de 2009. En wallonie, le choix s’était d’abord posé sur le déjà tristement célèbre -en france- Linky avec un déploiement à l’horizon de 2020. Finalement le parlement a changé ses objectifs pour un autre compteur intelligent utilisant la technologie GPRS ( transmission des données par le réseau mobile) plutôt que CPL (transmission des données via le réseau mobile). Le déploiement est lui aussi retardé et est prévu pour 80% des client.e.s d’ci 2034. Les nouveaux raccordements, remplacements de compteurs ainsi que la pose de compteurs à budgets pour celleux ayant -déjà- des difficultés à payer leurs factures se feront également avec des compteurs intelligents. Ces compteurs posent déjà de nombreux problème en France: coupures intempestives sans avoir modifié sa consommation obligeant les client.e.s à souscrire un abonnements plus chers, possibilités de coupures à distances, augmentation du risque d’incendie et une atteinte grave à la vie privée. Le tout emballé dans un argument fallacieux d’aider à diminuer la consommation. Le coût du déploiement sera également très élevés, entre 3 et 5 milliards d’euro selon Test-achats.

Les distributeurs d’énergie ont également pour but, grâce à l’enregistrement de la consommation quart d’heures par quart d’heures, de mettre en place des tarifs pour « favoriser » la consommation quand l’électricité est abondante… Concrètement, on peut légitiment craindre une augmentation globale du prix de l’électricité par ce biais.

Qui plus est face aux refus d’installation, les installateurs/trices y vont souvent au forcing (intimidation, agression, remplacement pendant une absence du/ de la client.e…

Coupure intempestive et à distance

Le premier problème rencontré par de nombreu.x.ses client.e.s chez qui ces compteurs ont été installées c’est la coupure intempestive. Il y a de nombreux témoignage à ce sujet. Des gens qui n’ont pas changé d’un poil leurs consommations se retrouvent avec des coupure d’élec dû à une soit-disant surconsommation. Conséquence directe: l’obligation de souscrire des abonnements plus chers ou renoncer à faire tourner les appareils qui consomment beaucoup de nuit afin de profiter du tarif bi-horaire. Une fois de plus les premier.e.s à en pâtir seront celleux qui sont déjà les plus précarisé.e.s.

Les fournisseurs auront également la possibilité d’ouvrir ou fermer les compteurs à distance. Cette facilité à fermer les vannes pourra avoir de graves conséquences sur les gens ayant déjà du mal à payer leurs factures. De fait, aujourd’hui, iels doivent envoyer un.e technicien.ne pour couper chez quelqu’un.e, là il suffira d’un clic. Des payements systématiquement en retard? Peut-être même juste une ou deux factures impayées? Et hop, sans se déplacer et sans devoir passer par la procédure de l’installation d’un compteur à budget, vous pourriez vous faire couper/limiter votre élec… Mettre la pression sur les pauvres sera grandement facilité… D’ailleurs cela n’est certainement pas un hasard si l’installation sera obligatoire pour les client.e.s déclarés en défauts de payement.

Les limitations de consommations pour un.e client.e pourront également se faire au bon vouloir du gestionnaire de réseau. Si la demande d’électrcité est plus importante que la production, il pourra facilement limiter la consommation d’individu.e.s au profit des entreprises, par exemple.

Vie privé

Autre argument et pas des moindres, c’est à l’atteinte à la vie privée. En effet, envoyée la consommation 1/4 heures par 1/4 heures, c’est en réalité une masse assez importante d’information. Il est possible par ce biais de savoir à quelle heure vous vous levez, vous couchez, quand vous rentrez chez vous, quand vous êtes en vacances ou absent.e.s pour tout autre raison. La consommation, ainsi détaillé, peut même permettre d’estimer quels types d’appareils vous utilisez et avec l’apparition progressive de plus en plus d’objets connectés, on peut craindre le pire. Dès lors, il ne serait pas étonnant de voir dans l’avenir, la police demander à avoir accès à ces informations pour pouvoir, par exemple, prouver que vous n’étiez pas chez vous tel jour à tel heure…

En outre, une sur- ou une sous-consommation suspecte pourrait très bien servir à lancer une enquête.

Cela pourrait servir pour des campagnes publicitaires ciblés, ou pour augmenter le prix des assurances de personnes très sédentaires. Évidement pour un usage commerciale, il faut théoriquement votre accord. Mais cet accord pourrait très bien passer discrètement dans un nouveau contrat soi-disant avantageux. Et n’oublions pas non plus, qu’une revente illégale de données ne serait pas vraiment une première…

Les compteurs intelligents, c’est un pas de plus dans le contrôle de plus en plus omniprésent de nos vies. Concrètement le recoupement des données recueilli avec d’autres données (carte bancaire, internet, caméra, Mobib,…) pourrait faire entrer la notion même de vie privée dans le passé. Ne chercher plus les dystopies dans les bouquins: on est en plein dedans.

Incendies

compteurs intelligents linky incendie

Pour couronner le tout, ces compteurs présentent un risques accrus d’incendie. En effet, ceux-ci sont plus sensibles aux orages, dysfonctionnement et arc électrique que les compteurs traditionnels.

On peut d’ailleurs lire sur le site de Test-Achats:


Il a été observé aux Etats-Unis, au Canada et en France que les nouveaux compteurs « intelligents » sont vulnérables aux orages et aux arcs électriques. Les feux de compteurs « intelligents » se sont multipliés outre-Atlantique, conduisant même le Canada à les retirer en grand nombre en les remplaçant par des compteurs traditionnels électromécaniques. Il en est si bien ainsi qu’en France, les compagnies d’assurances et les entreprises de distribution d’électricité françaises ont prévu dans leurs conditions générales l’exclusion de couverture ou de responsabilité notamment en cas d’incendie de compteur électrique, considéré comme un cas de force majeure par les parties contractantes. Les dégâts au domicile d’un français victime d’un feu de compteur ne seront donc plus pris en charge par l’assurance incendie !

Le faux argument de la diminution de consommation

L’argument principalement avancé pour l’installation de ces compteurs, c’est qu’ils permettraient grâce à la « courbe de charge » (c’est-à-dire la consommation 1/4 heures par 1/4 heures) de diminuer la consommation électrique. C’est un argument complètement fallacieux.

En effet, si l’on continue d’utiliser nos appareils de la même manière, il n’y a aucune raison que notre consommation diminue.

Aux USA, aux Canada et en France, qui ont déjà assez largement déployé cette technologie, aucune diminution de la consommation électrique n’a été constatée.

Déjà, il faudrait que le/la client.e aillent consulter les données, en s’inscrivant sur une plateforme internet, ce que très peu font jusqu’à présent (moins de 2% en France).

De plus, il faut pouvoir interpréter et comprendre ces données pour pouvoir éventuellement les utiliser pour diminuer sa consommation.

C’est un pur argument marketing pour masquer les seuls à en profiter ce sont les fournisseurs, les fabricants de compteurs et celleux qui veulent exploiter nos données.

Installation forcée

Suite aux refus croissant d’installation de compteurs intelligents en France, il y a eu de nombreuses installations faites en l’absence de la personne, d’installateurs/trices essayant d’entrer de force dans le domicile et même d’agression. Enedis fournissant une prime aux installateurs/trices pour chaque compteurs installés afin de respecter les délais de déploiement rapide cela favorise les réactions agressives face aux opposant.e.s. On ignore encore si de tel méthode seront d’applications en Belgique.

Wallonie Lib

Wallonie Lib

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *