Aller à la barre d’outils

Le changement climatique globale et ses fausses solutions

Le changement climatique globale et ses fausses solutions

Traduction d’un article de Crimethinc.

Changement climatique

Un consensus scientifique est enfin apparu sur le réchauffement climatique résultant du capitalisme industriel et ayant des conséquences désastreuses pour la vie sur Terre. Les efforts des entreprises pour convaincre les scientifiques de prétendre le contraire attirent de moins en moins de gens; Cela est particulièrement révélateur du nombre de chercheur.euse.s qui dépendent du soutien de l’industrie. Mais au lieu de s’attaquer au fait que le capitalisme lui-même est destructeur, les gouvernements et les écologistes réformistes promeuvent des réponses venant des entreprises aux problèmes posés par le changement climatique.

Nos camarades ont publié une critique complète des discours dominants sur le changement climatique, Introduction à l’Apocalypse [PDF, 1 MB] .


Si nous croyions vraiment ce que les scientifiques nous disent sur le réchauffement climatique, les véhicules de pompiers de tous les services d’incendie devraient faire sonner leurs sirènes et se diriger vers l’usine la plus proche pour éteindre ses chaudières. Chaque élève du secondaire devrait courir au thermostat de chaque classe, l’éteindre et l’arracher du mur, puis devrait aller sur le parking pour crever des pneus. Chaque parent responsable de banlieue devrait enfiler des gants de protection et faire le tour des rues en arrachant les compteurs électriques hors des boîtiers de services publics. Chaque travailleur.euse de station-service devrait appuyer sur le bouton d’urgence pour fermer les pompes, couper les tuyaux et sceller les serrures; chaque société du charbon et du pétrole devrait commencer immédiatement à enterrer son produit inutilisé, d’où il provient – en utilisant seulement ses propres bras, bien entendu.

Mais nous sommes trop déconnectés pour comprendre ce qui se passe, et encore plus pour y mettre un terme.

Celleux qui ne connaissent la destruction de l’environnement que par des livres ou par Internet ne peuvent rien espérer sauver. La décimation du monde naturel a lieu autour de nous depuis des siècles maintenant; Il faut une marque d’aveuglement particulièrement bourgeois pour passer chaque jour devant des arbres abattus, des cheminées crachant leurs fumées et des hectares d’asphalte sans s’apercevoir qu’il se passe quoi que ce soit jusqu’à ce que cela apparaisse dans les journaux. Les personnes pour qui la réalité est composée d’articles de presse, plutôt que du monde qu’elles voient, entendent et sentent, sont condamné.e.s à détruire tout ce qu’elles touchent. Cette aliénation est la racine du problème; la dévastation de l’environnement n’en est qu’une conséquence.

Lorsque les marges bénéficiaires sont plus réelles que les êtres vivants, lorsque les conditions climatiques sont plus réelles que les réfugié.e.s fuyant les ouragans, lorsque les accords de plafonnement des émissions sont plus réels que l’essor de nos propres quartiers, le monde est déjà cédé à la destruction. La crise climatique n’est pas un événement susceptible de se produire, mais il se profile à l’horizon. c’est le cadre familier de nos vies quotidiennes. La déforestation ne se produit pas uniquement dans les forêts nationales ou les jungles étrangères; il est tout aussi réel dans tous les centres commerciaux d’Ohio que dans le cœur de l’Amazonie. Le buffle errait ici . Notre déconnexion de la terre est catastrophique, que le niveau de la mer monte ou non, que la désertification et la famine qui balayent d’autres continents nous soient déjà parvenues ou non.

Comme d’habitude, les personnes qui ont provoqué cette crise sont impatientes d’expliquer qu’elles sont les mieux qualifiées pour y remédier. Mais il n’y a aucune raison de croire que leurs motivations ou leurs méthodes ont changé. Les résultats sont que fumer provoque le cancer, mais iels essaient toujours de nous vendre des cigarettes à faible teneur en goudron.

Oubliez le nucléaire, le solaire, le charbon propre et les éoliennes. Oubliez le commerce du carbone, les biocarburants, les programmes de recyclage et les superaliments biologiques. Oubliez les nouvelles lois, ainsi que toutes les réponses inefficaces et insuffisantes impliquant des votes, des pétitions ou tout autre type de procuration. Notre seul espoir est de nous battre de nos propres mains, de prendre position sur le terrain, afin de redécouvrir dans ce processus ce que cela signifie d’être une partie du monde et non pas d’en être séparer. A chaque arbre qu’iels essaient de couper, nous pouvons les en empêcher. A chaque poison qu’ils tentent de libérer dans l’atmosphère, nous pouvons les bloquer. A chaque nouvelle technologie «durable» qu’iels introduisent nous pouvons les démasquer.

Iels ne vont pas arrêter de détruire la planète tant que nous ne ne feront pas en sorte de leur rendre ceci trop coûteux. Le plus tôt sera le mieux.


Et les choses se réchauffent

Annexe: Guide de terrain sur les fausses solutions

Des responsables du réchauffement climatique – une énergie «durable»!

La solution d’entreprise

Là où certain.e.s voient des difficultés et des tragédies, les entrepreneur.euse.s voient une opportunité de gain financier. Mettant du « vert » dans les gaz à effet de serre et « écolo » dans économie, iels saluent l’apocalypse avec des portefeuilles plein à craquer. Les catastrophes naturelles anéantissent-elles les communautés? C’est formidable: faisons payer la réparation des sinistres aux victimes et mettons en place des copropriétés de luxe là où iels vivaient. Les denrées alimentaires sont-elles contaminées par des toxines? Tapons « bio » sur certaines d’entre elle et augmentons le prix – presto, ce qui était autrefois un acquis pour chaque légume est soudainement un argument de vente! La culture de consommation dévore-t-elle la planète? Il est temps de proposer une gamme de produits écologiques, tirant profit de la culpabilité et des bonnes intentions, pour gagner plus de frics.

Tant que la «durabilité» est un privilège réservé aux riches, la crise ne peut que s’intensifier. Tant mieux pour celleux qui font du profit dessus.

La solution conservatrice

De nombreu.x.ses conserva.teur.trice.s nient que notre société soit à l’origine du réchauffement climatique. Bien sûr, certain.e.s ne croient toujours pas à l’évolution non plus. Mais ce qu’iels croient est immatériel; iels sont plus préoccupés par la question de ce qui est rentable que les autres croient. Par exemple, lorsque le Groupe d’experts intergouvernemental sur les changements climatiques des Nations Unies a publié son rapport de 2007, un groupe de réflexion financé par ExxonMobil et lié à l’administration Bush a proposé d’offir plus de 10 000 dollars à tout.e scientifique qui contesterait ses conclusions.

C’est-à-dire que certaines personnes considèrent que le fait de corrompre des experts pour nier ce qui se passe est un meilleur investissement que de prendre des mesures pour éviter une catastrophe. Mieux vaut que l’apocalypse nous prenne au dépourvu tant qu’iels peuvent maintenir leurs profits une année de plus. Plutôt la fin de la vie sur terre que la possibilité d’une vie au-delà du capitalisme!

La solution réformiste

Certain.e.s bienfaiteur.euse.s voudraient se vanter d’avoir attiré l’attention du public sur le réchauffement climatique, même si les radicaux le crient depuis des décennies. Mais les politicien.ne.s comme Al Gore ne cherchent pas tant à sauver l’environnement que de secourir les causes de sa destruction. Iels réclament une reconnaissance de la crise par le gouvernement et les entreprises, car l’effondrement écologique pourrait déstabiliser le capitalisme s’il les prenait au dépourvu. Les initiatives et les motivations des entreprises n’ont donc rien d’étonnant dans les solutions qu’elles proposent.

À l’instar de leurs collègues conserva.teurs.trices, les réformistes préférent risquer de disparaître plutôt que d’envisager d’abandonner le capitalisme industriel. Iels y sont tout simplement trop investis pour faire autrement, comme en témoignent les relations de longue date de la famille Gore avec Occidental Petroleum. Dans cette optique, leur tentative de prendre les rênes du mouvement écologiste ressemble étrangement à un effort calculé pour empêcher une réponse plus réaliste à la crise.

La solution malthusienne

Certaines personnes attribuent la crise à la surpopulation – mais combien d’habitants de bidonvilles et d’agriculteurs de subsistance devez-vous additionner pour égaler l’impact écologique d’un.e seul dirigeant.e haut.e-placé.e?

La solution socialiste

Pendant des siècles, les socialistes ont promis d’accorder à tous l’accès au niveau de vie de la classe moyenne. Maintenant, on sait que que la biosphère ne peut même pas supporter une petite minorité poursuivant ce mode de vie; on pourrait s’attendre à ce que les socialistes adaptent leur notion d’utopie en conséquence. Au lieu de cela, iels l’ont simplement mise à jour pour l’adapter à la dernière mode bourgeoise: aujourd’hui, chaque travailleur.euse mérite de manger des produits biologiques et de vivre dans une copropriété «verte». Mais ces produits ne sont apparus que comme un stratagème marketing pour différencier les produits haut de gamme de ceux de la gamme standard prolétarienne. Si vous pensez assez large pour imaginer une société sans différences de classes, vous pouvez également viser un avenir dans lequel nous partagerions la richesse d’un monde naturel dynamique au lieu de le diviser en denrées inertes.

La solution communiste

En pratique, le marxisme, le léninisme et le maoïsme ont constitués un moyen pratique pour faire entrer rapidement les nations «sous-développées» dans l’ère industrielle, en utilisant l’intervention de l’État pour «moderniser» les peuples qui conservaient toujours un lien avec la terre avant de les abandonner sans ménagement pour le libre échange. Aujourd’hui, les partis communiste n’ont rien obtenu de plus que l’assurance d’une nouvelle direction qui s’occuperait de tout. Chantez sur l’air de «Solidarité pour toujours»:

Si les travailleur.euse.s possédaient les usines, le changement climatique n’existerait pas
Toute la fumée de toutes les cheminées serait transformée en brouillard inoffensif…

La solution individuelle

Un.e individu ou une communauté peut mener un style de vie totalement «durable» sans ne rien faire pour mettre des bâtons dans les roues des entreprises et des gouvernements responsables de la grande majorité des dégâts causés à l’environnement. Garder les mains propres – «donner l’exemple», qu’aucun.e dirieant.e ni aucun.e magnat de la finance n’imitera – n’a pas de sens, alors que d’autres sont en train de détruire la planète. Pour donner un meilleur exemple, arrêtez-les.

La solution radicale

Trop de radicaux réagissent à la crise avec désespoir ou même avec une sorte d’anticipation erronée. Il n’y a aucune raison de croire que l’épuisement des réserves de pétrole planetaire mettra fin au patriarcat ou à la suprématie blanche. De même, il est tout à fait probable que la hiérarchie puisse survivre à l’effondrement écologique, tant qu’il restera des gens pour dominer et obéir.

Nous sortirons de l’apocalypse ce que nous y avons mis: nous ne pouvons pas nous attendre à ce qu’elle produise une société plus libérée à moins de mettre en place ses fondements en place dès maintenant. Oubliez les schémas de survie individualistes qui vous désignent comme la dernière personne sur Terre – l’ouragan Katrina a montré que lorsque la tempête frappe, le plus important est de faire partie d’une communauté capable de se défendre. Les bouleversements à venir peuvent certes offrir une chance de changement social fondamental, mais nous devons proposer une vision convaincante et avoir le courage de la mettre en œuvre.

Une autre fin du monde est possible!

Voir aussi

Wallonie Lib

Wallonie Lib

Un commentaire sur “Le changement climatique globale et ses fausses solutions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *