Aller à la barre d’outils

Il y a deux violences : celle qui crée des chaines et celle qui les détruit

Il y a deux violences : celle qui crée des chaines et celle qui les détruit

Vu sur Soyons sauvages

10968236_1706427522917259_5435997713852775791_n

Texte repris d’un tract trouvé dans un squat.

Les médias tentent de faire passer la deuxième pour injustifiée et illégitime. Mais si cette violence destructrice existe, ce n’est que pour se protéger de la première qui n’a pour objectif que de limiter, asservir et diviser les individus. Dans cette soi-disant destruction, il y a l’accomplissement, la libération et l’unité des individus. La volonté d’être maître-maîtresse de sa vie, de la faire créatrice et riche d’expériences.

Ainsi, la violence d’un pavé dans une vitrine entend dépasser cette société d’image et de consommation qui nous limite, alors que la violence de la vitrine cloisonne nos vies. Quand c’est une banque qui brûle, c’est parce qu’elle joue l’avenir de milliers de gens. Quand un magasin de vêtements est pillé – h&m, zara, etc. – c’est pour refuser d’enrichir ces gens qui nous fournissent du textile souillé du sang des travailleurs-e-s bangladais-e-s. Un panneau publicitaire cassé est un moyen de se réapproprier l’espace public vendu au plus offrant …

De plus, cette soi-disant création n’est que mensonge. Fondée sur la consommation à outrance, notre société tue nos capacités à créer. Nous sommes là pour absorber les quantités astronomiques de marchandises produites par des millions de gens. Et même ces gens ne sont plus dans la création, ils sont dans l’aliénation et la parcellisation de leur travail. Ils se contentent de suivre un schéma créé dans d’autres lieux, sans avoir d’emprise sur les milliers d’objets qui passent entre leurs mains.

FEU A LA MARCHANDISE !

admin

admin

4 commentaires sur “Il y a deux violences : celle qui crée des chaines et celle qui les détruit

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *