Aller à la barre d’outils

Frauder et lutter: des émeutes contre l’austérité au Chili

Frauder et lutter: des émeutes  contre l’austérité au Chili

Un reportage des rues de Santiago

Traduction d’un article de Crimethinc.

Bus brûlé manifestation Chili

Au Chili, en réaction aux manifestations étudiantes contre l’augmentation du coût des transports en commun, le Président a fait replonger le pays dans une loi martiale digne de l’époque dictatoriale, mettant des soldat.e.s dans la rue et menaçant les manifestant.e.s de plusieurs décennies de prison. Le reportage suivant vient directement des rues de Santiago, de l’épicentre des affrontements

Pancarte protestation Chili
« Nous payons le salaire des flics et le prix du billet, et les voilà qui se dressent contre nous. » « Le peuple unis ne sera jamais vaincu. »

L’embrasement de vendredi s’est produit après une semaine d’action contre les hausses de prix sous le slogan «evade» ou Evade y lucha (“Frauder et lutter”), qui apparaît tagué maintenant sur presque tous les murs du centre-ville . Tout a commencé comme une réponse ludique au gouvernement qui fait monter le coût de la vie en augmentant le prix des transports. Presque entièrement menée par des étudiant.e.s, la mobilisation a comporté des fraudes massives dans les stations de métro où des étudiant.e.s couraient ensemble à travers les tourniquets et tenaient les portes ouvertes pour encourager tout le monde a les rejoindre. La police a réagi à coup de gaz lacrymogènes et de matraques.

Fraudez, ne pas payer
« Frauder, ne pas payer – une autre forme de lutte. »
Frauder et lutter. Tag Chili
“Frauder et lutter.”

Vendredi, les manifestant.e.s ont réagi en ciblant les stations en elles-mêmes, en cassant des portes et des tourniquets et même en les utilisant comme armes pour se défendre des attaques de la police. Beaucoup de lignes de métro étaient fermées; en milieu d’après-midi, nous avons appris que le métro serait fermé pour tout le weekend.

Manifestations métro Chili

Certains autobus étant toujours en service, les files d’attente aux arrêts ont gonflé au point de saturer, avec de longs temps d’attente.. Les manifestations ont commencé à prendre les rues lorsque les métros ont été fermés, ce qui a entraîné davantage de retards pour les bus qui étaient toujours en service. Beaucoup de gens ont commencé à marcher sur les routes plutôt que des les emprunter; Cela commençait à ressembler à un jour de neige, quand tout le monde est dehors, dans les rues, avec une énergie étrange et enivrante.

Entre-temps, des images poignantes ont circulé, montrant une étudiante abattue à balles réelles par la police lors d’une manifestation contre l’augmentation du prix des transports en communs. Son état reste inconnu. Les troubles auraient été particulièrement intenses dans son quartier, Las Parcelas. Au moment d’écrire ces lignes, il y a eu de nombreux signalements de personnes abatues par la police.

Affrontements Chili

Au coucher du soleil, la ville a pris feu. Les bus ont brûlé. Des blocages ont eu lieu dans les rues de nombreux quartiers où des habitant.e.s sont sorti.e.s pour frapper sur des casseroles et des poêles (une forme traditionnelle de protestation connue sous le nom de Cacerolazo ), brûler des canapés, des pneus et tout ce qu’iels pouvaient trouver dans les environs. La rébellion s’est répandue dans toute la ville, bien au delà des stations de métro à l’origine de celle-ci. Les affrontements avec la police se sont intensifiés durant toute la nuit jusqu’à la proclamation de l’état d’urgence par le président, rappelant la dictature militaire de 1973-1990 au cours de laquelle des milliers de personnes ont «disparues» et été assassinées.

émeutes Chili contre l'augmentation du prix du métro

Le siège de la société italienne d’énergie Enel, d’une hauteur de plus de douze étages, a pris feu, bien que la cause n’en est pas encore confirmée. Alors que certain.e.s supposent qu’il a été incendié par des révolté.e.s, d’autres pensent que l’incendie a pu être allumé par une cartouche de gaz lacrymogène.

L’organisme qui contrôle le réseau de métro de Santiago a déjà confirmé qu’il n’y aurait pas de service pendant le week-end et la fédération étudiante chilienne a appelé à une grève nationale lundi. Pour l’instant, il reste à voir si les troubles se généraliseront et s’intensifieront, mais si l’armée tue quelqu’un, le pays va exploser. Les souvenirs de la dictature sont trop frais, trop durs, pour que les gens restent passif-ve.s.

Tag fraude Chili

Les chilien.e.s se rappelent trop bien les trahisons de la démocratie pour être apaisé.e.s par une simple réforme comme celle de la réduction du tarif de transport en commun. Après les affrontements massifs en Equateur, il semble que les choses reviennent à la normale maintenant que le président Équatorien est revenu en arrière en ce qui concerne les mesures d’austérité de sa proposition de budget; mais cette flambée de contestation montre que la colère couve depuis longtemps au Chili, et il ne sera pas facile de la faire taire.

Le Chili a une longue histoire de lutte sociale remontant à ses origines coloniales. Les mouvements sociaux combatifs d’aujourd’hui sont issus de la résistance à la dictature militaire d’Augusto Pinochet, meurtrier de masse; leur lignée n’a pas été interrompue, car la transition démocratique en 1990 ne s’est accompagnée d’aucun changement significatif dans les politiques économiques et le maintient de l’ordre violent, qui imposent des disparités extrêmes en termes de richesse et de pouvoir. Cette révolte n’est pas sans rappeler le soulèvement au Brésil de 2013, quand un million de personnes avaient pris les rues pour protester contre la hausse du coût des transports publics.

Incendie manifestation Chili

Nous verrons ce qui se passera ensuite.

Pour les images des affrontements, ces quatres comptes Instagram ont fourni des mises à jour régulière. Pour en savoir plus sur le long historique des mouvements sociaux combatifs du Chili:

  • The Chicago Conspiracy – (VOSTEN) Un documentaire sur l’héritage de la dictature militaire au Chili, qui passe en revue les histoires de jeunes tués par le régime de Pinochet afin de contextualiser l’histoire de la dictature militaire. Le film suit ce fil narratif dans les formes actuelles de conflit sociaux, en y comprenant le mouvement étudiant, les quartiers qui ont résisté à la dictature et qui continuent à résister au capitalisme et à l’oppression de l’;État, ainsi que la résistance constante du peuple autochtone Mapuche.
Wallonie Lib

Wallonie Lib

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *