Aller à la barre d’outils

Communiqué suite à la décision d’expulsion par le C.A. d’Idelux

Communiqué suite à la décision d’expulsion par le C.A. d’Idelux

Vu sur le site de la Zablière

Zad Arlon expulsion

Votre conseil d’administration réuni ce vendredi 6 décembre, a décidé de lancer la procédure d’expulsion des occupant.es de la Sablière. Cette décision fait suite à une campagne diffamatoire que vous avez menée conjointement avec les autorités locales et fédérales, et relayée servilement par certains médias. Il s’agit officiellement de justifier le déploiement hallucinant de moyens et d’effectifs policiers le 29 novembre pour une manifestation préalablement et clairement annulée ; dispositif aussi justifié par la menace que pouvait représenter les zadistes en nous attribuant une série de faits soit faux, soit non-applicables à l’ensemble des occupant.es, ou visant à criminaliser des acteurs de mouvements sociaux. En réalité, cette campagne vise à instaurer un climat de peur dans la population arlonaise et à nous discréditer, nous occupant.es qui luttons pour la préservation de la nature autrement que par des pétitions et des marches.

Il est clair que les enjeux dépassent largement l’avenir du site de la Sablière. C’est à une confrontation entre deux mondes à laquelle nous assistons. L’ancien qui promeut un développement qui passe par la tronçonneuse, les tractopelles et l’artificialisation des sols (créant ainsi de nouvelles espèces menacées) avec des mesurettes pour protéger les espèces en voie de disparition ; qui craint de voir les occupations se multiplier face au désastre écologique ; et dont les promoteurs ne subiront pas les conséquences de leurs décisions dans 30 ans. Le nouveau monde, lui, a entendu et pris au sérieux les multiples alertes lancées par les scientifiques du monde entier sur l’urgence de la prise de mesures radicales, maintenant, pour sauver le vivant sur la planète. En ce sens, vous avez raison, nous sommes radicaux/radicales. Nous ne pensons plus en termes de légalité mais en termes de légitimité.

Ce que vous appelez « radical » est pour nous synonyme de conviction et de détermination. Mais à propos des personnes pacifistes, comment osez-vous déclarer qu’elles seront celles qui arrêteront de croire et d’agir pour leurs convictions ? Vous confondez peut-être, étrangement, pacifisme et obéissance à la police. Vous, Idelux, tentez de nous diviser en cherchant d’abord à désigner des “méchants” au sein du groupe, qui imposeraient leurs choix aux « gentils », aux « pacifistes », aux raisonnables. Mais nous ne fonctionnons pas comme vous. Nous nous respectons et n’imposons pas de décisions à autrui. Aucune division entre « pacifistes » et « radicaux » ne peut être faite. Quiconque avec quelconque mode d’action prenant les problèmes à leurs racines est radical.

Vous en appelez à notre raison pour qu’on quitte la zone, mais c’est bien celle-ci qui nous a fait venir et nous fera rester. Là est le but d’une Zone A Défendre : nous ne partirons pas avant l’abandon du projet de zoning, cette position est claire depuis le début. Vous nous avez proposé de « dialoguer », mais peut-être faut-il repréciser ce qu’est un dialogue ? Vos approches n’ont été jusqu’à présent que de l’ordre de la négociation, voire un simple coup de com. Nous ne négocierons pas la destruction de la Sablière.

Cependant, nous n’avons jamais été contre le fait de dialoguer avec vous, c’est-à-dire de confronter nos discours. C’est entre autres ce qu’a permis l’existence de la ZAD ; un débat public, un dialogue où sont enfin écoutées les différents parties. Le vote de l’expulsion vise donc à étouffer cette discussion que vous n’aviez pas daigné avoir, et ce même suite à une pétition rassemblant plus de 12.000 signatures. Quoi d’autre justifierait de nous expulser maintenant alors que vous rappelez régulièrement qu’il n’y a pas d’urgence à votre projet de zoning ? De plus, occuper le terrain ne signifie pas pour nous un choix affirmé en faveur de l’illégalité, mais plutôt l’unique solution effective quant à cette situation.

Vous nous imputez la décision de l’expulsion mais ce choix est uniquement le vôtre. Vous décidez de nous expulser, nous choisissons de res(is)ter. Vous vous dites raisonnables et entendez imposer votre autorité par la force ? Votre raison aura raison de ce monde.

Wallonie Lib

Wallonie Lib

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *