Aller à la barre d’outils

Affiche: 10.000 tonnes de déchets radioactifs dans la meuse

Vu sur non-fides

Le démantèlement de la centrale nucléaire de Chooz A dans la pointe des
Ardennes françaises a commencé. Si avec les deux centrales, les habitants de la région
bouffaient et crevaient déjà du nucléaire depuis des décennies, cette fois ce sera
surtout la Belgique et la Hollande qui seront touchées par le démantèlement via les
rejets dans la Meuse de 10 000 tonnes de déchets toxiques et radiotoxiques liquides.

Si l’on voit la merde que rejette l’industrie dans la Meuse et ses différents
affluents depuis plus d’un siècle, on comprend vite que ce n’est que la énième couche
de pollution et pourtant les ordures radiotoxiques les rejets soi-disant « limités » et
« inévitables » en provenance de Chooz causeront une pollution autrement plus
durable et charrieront à leur tour cancers et leucémies.

Mais tout cela importe peu aux industriels, car les enjeux vont bien au-delà de la
pollution d’une zone spécifique. En terme de marchés, si EDF cherche à devenir le
spécialiste mondial en démantèlement, les entreprises spécialisées dans le nettoyage
de zone contaminées, telles qu’Onet-Industries et Techman, feront leur lard, tandis
que Adecco et Manpower se chargeront de recruter des liquidateurs.

Contrairement au discours des écolos qui cherchent encore à nous vendre leur
bonheur éolien, le démantèlement ne prépare en rien une sortie du nucléaire mais
garantit son acceptation centrale comme énergie « la plus propre ». Il s’inscrit ainsi
dans sa relance au niveau international. Tandis
que partout dans le monde ils nous construisent
de nouvelles centrales pour satisfaire les besoins
dévorants du capitalisme, à Chooz, on parle de
transformer une poubelle nucléaire en parc naturel.

Comme après la fuite d’isotopes à Fleurus l’été
dernier, l’Etat et les industriels mettent en marche leur
machine à propagande pour nous faire avaler la pilule
d’iode. Le démantèlement n’est en fait que la vitrine du
service après-vente du nucléaire. Mais comme toute
vitrine, elle n’est jamais à l’abri d’un pavé.

Avant qu’ils aient fini de nous pourrir définitivement la vie, Attaquons le nucléaire et son monde !

[Affiche trouvée sur les murs de plusieurs villes de France et de Belgique, juillet 2009]

Affiche en PDF

admin

admin

Laisser un commentaire