Archives pour l'étiquette seraing

Seraing: plus de répression contre les mendiants…

La ville de Seraing a décidé de durcir la répression contre les mendiants par le biais de son règlement communal de police. Le nouveau règlement vise à réprimé la mendicité « agressive », l’interdire purement et simplement lors de fêtes locales ainsi que sur le marché de noël -il ne faudrait pas que des pauvres viennent gâcher leur grandes fêtes marchandes- , pire encore le règlement veut également interdire la mendicité aux gen.te.s accompagné.e.s d’un chien « réputé dangereux »-sic-. Par ailleurs le non-sens total de cette notion stupide et uniquement basé sur des stéréotype de « race de chiens dangereux » n’est plus à prouver et va avoir des conséquences désastreuses sur les mendiant.e.s et leurs chiens.

Le bourgmestre, n’ayant visiblement pas peur du ridicule, n’as par ailleurs pas hésité à déclaré : « Ce règlement va donc permettre à la police d’avoir un outil permettant de contraindre ces personnes, dont 99% ne sont pas issues de la commune, à avoir un comportement moins violent ».

Il est évident que ce règlement s’inscrit dans la politique actuel menée par de plus en plus de commune en Wallonie et ailleurs qui vise à écarter les pauvres des centres-villes.

Le bourgmestre connaîtrait-il tout les mendiant.e.s de sa ville pour affirmer que 99% n’en sont pas issue? Bien sûr que non! C’est là du pur j’invente-des-chiffres-pour-mieux-manipuler. Et quand bien même ce serait vrai, qu’est-ce que sa change? Quand on a pas d’argent, on a pas le droit de choisir la ville où on souhaite (sur)vivre? Visiblement pas pour le bourgmestre de Seraing…

Share Button

(Seraing) Tension sociale à ESB

Voilà 15 mois que Green Elephant, le repreneur des aciéries ESB, mène en bateau les travailleur.euse.s de Seraing… Les actionnaires gavés de pognons n’ont même pas daignés payés le mois de mars.

Excédé.e.s , ils/elles ont décidés de ne plus se laisser faire et de répliqué…  Lundi après-midi pendant que des délégués syndicaux parlaient du plan de relance, une quinzaine de travailleur.euse.s ont décidé.e.s de rentrer de force dans le bâtiment et sont rentré dans le bureau où se trouvaient les représentant.e.s de l’actionnaire. Un d’entre eux a été blessé et évacué en ambulance. Les 2 autres étaient toujours mis sous pression par les travailleurs. Des policiers anti-émeutes en bon gardien de la bourgeoisie sont intervenus pour les évacuer. Après leur départ, un travailleur toujours mécontent, a détruit les bureaux administratif à l’aide d’un tracto-pelle. Durant la nuit, un batiment a également été incendié.

Solidarité avec les travailleur.euse.s en luttes contre les vampires capitalistes!

Share Button