Archives pour l'étiquette censure

Décentraliser le net: (I) Les dangers de la centralisation

Internet était vu à la base pour être « le réseau des réseaux », une vision fondamentalement décentralisé.

Pour autant l’évolution du net n’est pas du tout aller vers la décentralisation bien au contraire. Il est aujourd’hui principalement entre les mains de grosses sociétés multi-nationales tels que Google, Facebook, Apple ou Microsoft. Les hébergements de sites internet se font sur d’énormes data-center (et pour le coup Wallonie Libertaire ne déroge pas à la règle). Les fournisseurs d’accès internet sont fort peu nombreux et tiennent aussi du quasi-monopole bien qu’on ait vu apparaître dans certaines régions des fournisseurs d’accès alternatifs et associatifs.

Censure et surveillance généralisé

Les plus graves problèmes de cette centralisation à outrance sont sans aucun doute la censure et la facilitation de la surveillance généralisé de l’usage d’internet.

Google, Facebook et autres, adaptent leurs publicités à l’usage que vous faites d’internet. Ils vont pour se faire analyser vos mails, vos recherches, vos publications pour adapter la publicité à vos centres d’intérêts présumés.

Bien entendu, cela facilite aussi la surveillance gouvernemental, il est bien plus facile demander des masses d’informations à Google, que de devoir aller les chercher plic-ploc un peu partout.

La censure est elle aussi largement facilité. Si l’un des géants du net décide brusquement de changer ses algorithmes pour défavoriser certains types de contenus, la visibilité de ceux-ci sera grandement impacté.

De plus le nombre peu élevé de FAI, facilite également cette censure. (qui en belgique, se fait principalement via les serveurs DNS, ce type de censure est facile à contourner)

Le partage de fichier et plus particulièrement le P2P et son protocole le plus utilisé Bittorent est particulièrement impacté par cette censure notamment à cause l’aspect centralisé des trackers.

Pourtant comme nous verrons dans un prochain article, il existe des alternatives décentralisés permettant d’éviter ces désagréments bien qu’étant aujourd’hui encore peu utilisé.

Share Button

La censure d’internet ne fait qu’empirer…

Alors qu’il y a moins d’une dizaine d’années, le blocage de sites internet était encore présenté dans les médias comme une horrible pratique de censure typique de certaines dictatures; de nos jours cette pratique semble être rentré dans les mœurs de nos « démocraties » et plus personnes ne trouve plus rien à y redire(sic).

En Belgique cette pratique de censure se répand de plus en plus alors que seul 20 sites hébergés à l’étranger ont été bloqués en 2013 et 73 en 2012, 127 sites ont été bloqués en 2014 selon une réponse donnée par le ministre de l’intérieur à une question parlementaire.

Selon des estimations seul 40% du trafics vers des sites censurés est réellement bloqué. En effet il est pour l’instant très simple de contourner la censure.

Share Button

Contourner facilement la censure d’internet!

Un certain nombre de sites sont d’ors et déjà bloqué en Belgique et en France (pour l’instant principalement des sites de téléchargement mais des sites militants ou de copwatching pourraient également être visé).

Heureusement pour l’instant, il est relativement simple de contourner ces mesures de censures!

-Utiliser un DNS alternatif

Les serveurs DNS permettent de faire correspondre les nom domaines des sites internet (wlibertaire.net par exemple 🙂 )  et leurs adresses IP.  Par défaut vous utiliser généralement les serveurs DNS de votre FAI (Fournisseur d’accès Internet).

Ceux-ci présentent de nombreux désavantages. C’est via eux pour l’instant que le gouvernement censure des sites internet. Ils n’hésitent pas non plus à loguer votre activité sur le net (sic) et participent donc à la surveillance et aux fichages de vos activités numériques.

Heureusement il existe des DNS alternatifs tel que ceux proposer par le réseau OpenNic.

Comment utiliser un DNS alternatif sous Linux

Il suffit d’aller sur Network Manager (parfois vous devez y accèder par préférences puis Connexions réseau) .

Choisissez la connexion Wifi ou filaire sur laquelle vous êtes connectés.

Cliquer sur modifier

Puis paramètre IPv4

Dans Méthode choisissez Adresses automatiques uniquement (DHCP)

Choisissez un serveur DNS de préférence avec anon logs dans la liste OpenNIC.

Copiez l’adresse IP de 2 serveurs (au moins) de votre choix séparés par des virgules dans le champ serveurs DNS.

Enregistrez!

Déconnectez-vous, reconnectez-vous, redémarer votre naviguateur internet et c’est fait!

Utiliser un DNS alternatif sous 7

Même si nous ne sommes pas de grand partisans de l’utilisation de Windows, cela reste (malheureusement) l’OS le plus utilisés…

Comme pour linux, il vous faudra choisir les adresses IP d’au moins 2 serveurs DNS dans la liste d’openNIC.

Aller dans le panneau de configuration puis sur réseau et partages.

Cliquer sur Modifier les paramètres de la carte

Choisiser votre interface réseau (ethernet ou wifi)

Clic droit puis propriétés

Choisissez IPv4 ou IPv6 (si vous ne savez pas c’est probablement IPv4)

puis Propriétés

Avancés puis aller sur l’onglet DNS

Cliquer sur ajouter et ajouter l’adresse d’un serveur DNS OpenNIC

Si vous êtes fainéant vous pouvez utiliser l’aplication OpenNIC Wizard

Utiliser un WebProxy/Proxy

Un proxy/Webproxy permet de rediriger son trafic internet par un serveur distant. Si ce serveur est situé à dans un pays où le site que vous souhaitez visiter n’est pas censuré vous pourrez alors y accèder.

La différence entre webproxy et proxy c’est juste que le webproxy est accessible via une page internet tandis que le proxy peut être utiliser pour n’importe quel applications internet.

L’utilisation de proxy améliore un (tout petit) peu « l’anonymat » mais ce n’est pas la meilleur solution si le but est d’être anonyme.

Utiliser un VPN

C’est un peu comme un proxy mais avec un meilleur anonymat étant donné que la connection entre votre ordinateur et le serveur est crypté.

Il existe également des VPN dont le but est d’accéder à un réseau privé de façon sécurisés par internet.

Riseup propose un service VPN crypté

Utiliser tor

Tor (The Onion Router) est un petit logiciel avec une version modifié du navigateur firefox.  TOR utilise un système de nœud crypté et décentralisé permettant de rendre plus difficilement identifiable qui va accéder à quel site.. En gros chaque requête va passer par un certain nombre de nœuds pour rendre le travail d’identification difficile. Il faut veiller pour des raisons de sécurités à toujours utiliser une version à jour de tor. Il  permet également d’accéder à des sites hebergés sur le réseau tor et inaccessible sur le net « classique ».

Il permet visiblement un meilleur anonymat que les proxys.

Néanmoins, tor n’est pas infailible! Mieux vaut rester prudent…

Certaines attaques pouvant compromettre l’anonymat sur tor sont d’ors et déjà connu.

On apprend sur un article du Guardian que la NSA américaine a mis en place plusieurs nœuds tor pour collecter des informations sur le réseau. Dans cette présentation on apprend qu’une des techniques de la NSA serait de détourner le trafic de certain site consulté par des activistes vers leurs propres serveurs (sic).

La NSA dit aussi ne pas être capable de « dés-anonymiser »  l’ensemble des utilisateurs de TOR.

Comme pour tout les logiciels TOR ne permet pas un anonymat parfait, il sert juste à rendre l’identification plus difficile!

Utiliser I2P/Freenet

I2P est un réseau au fonctionnement semblable à TOR. Il permet lui aussi d’accéder à des sites internet « classique » (bien qu’il ne s’agit pas de sa fonction principal) ainsi qu’a des sites présents uniquement sur le reseau I2P.  Mais ce n’est pas tout, le reseau I2P peut également être utilisé par tout un tas d’autres logiciels tels que des clients bittorents, IRC,… Une mesure de précaution de base (vu que vous accédez à I2P par votre navigateur web habituel) est de bien désactiver les cookies et l’historique de navigation si vous souhaiter être un peu plus anonyme!

Freenet semble être le logiciel anti-censure le plus efficace mais il ne permet pas d’accèder à des sites classiques et le contenu des freesite est plutôt limité pour l’instant…

Néanmoins son intérêt est grand, étant donné que chaque contenu envoyé sur freenet va se fragmenter en plein de petit morceaux cryptés sur un grand nombre d’ordinateur présent sur freenet.

I2P, Freenet, d’autres logiciels ainsi que la question de l’anonymat sur internet seront abordé plus en détails dans un prochain article..

Share Button

Nouvelle loi anti-piratage en projet…

Le gouvernement a annoncé vouloir intensifier sa lutte contre le « piratage et le téléchargement illégale » notamment via une nouvelle loi permettant entre autre de simplifier les procédure de blocages de sites internet donnant accès à du contenu illégale.

Il nous parait clair que ces procédures sont une attaque contre la ( très relative) liberté du net.

De plus, il n’y a qu’un pas pour que ces technologies de censures et de surveillances s’appliquent contre des sites que nos chers dirigeants trouvent trop contestataire.

Dès lors il nous semble important de diffuser au plus grands nombres les connaissances et technologies permettant de contourner ces nouveaux dispositifs de censures et de surveillances…

Tout en gardant en tête que rien n’est infaillible…

Les proxy

Un proxy c’est tout simplement un serveur sur lequel vont passer toute vos requêtes internet. En gros le proxy servira d’intermédiaire entre vous et le site que vous voulez consulter. Pour contourner la censure il faut choisir un proxy situé dans un pays où le site que vous voulez consulter n’est pas censuré. C’est la solution la plus simple a mettre en place néanmoins elle est plutôt inefficace en ce qui concerne la protection de l’anonymat.

VPN

Un VPN ou Virtual Private Network est un système créant un lien direct et généralement crypté avec un ordinateur distant par internet comme si l’on était connecté en réseau local avec cet ordinateur. Ce système est un peu plus efficace (et plus rapide) que les proxys mais souvent payants. Si l’ordinateur distant est situé dans un pays où le site que l’on souhaite consulter n’est pas censuré, il est alors possible de contourner la censure. Tout comme les proxys ils peuvent également servir à contourner les limitations géographiques de certain sites. L’anonymat très relatif des VPN et proxys peut-être assez facilement brisé.

Tor

Tor (The Onion Router) est un petit logiciel avec une version modifié du navigateur firefox.  TOR utilise un système de nœud crypté et décentralisé permettant de rendre plus difficilement identifiable qui va accéder à quel site.. En gros chaque requête va passer par un certain nombre de nœuds pour rendre le travail d’identification difficile. Il faut veiller pour des raisons de sécurités à toujours utiliser une version à jour de tor. Il  permet également d’accéder à des sites hebergés sur le réseau tor et inaccessible sur le net « classique ».

Il permet visiblement un meilleur anonymat que les proxys.

Néanmoins, tor n’est pas infailible! Mieux vaut rester prudent…

Certaines attaques pouvant compromettre l’anonymat sur tor sont d’ors et déjà connu.

On apprend sur un article du Guardian que la NSA américaine a mis en place plusieurs nœuds tor pour collecter des informations sur le réseau. Dans cette présentation on apprend qu’une des techniques de la NSA serait de détourner le trafic de certain site consulté par des activistes vers leurs propres serveurs (sic).

La NSA dit aussi ne pas être capable de « dés-anonymiser »  l’ensemble des utilisateurs de TOR.

Comme pour tout les logiciels TOR ne permet pas un anonymat parfait, il sert juste à rendre l’identification plus difficile!

I2P

I2P est un réseau au fonctionnement semblable à TOR. Il permet lui aussi d’accéder à des sites internet « classique » ainsi qu’a des sites présents uniquement sur le reseau I2P.  Mais ce n’est pas tout, le reseau I2P peut également être utilisé par tout un tas d’autres logiciels tels que des clients bittorents, IRC,… Une mesure de précaution de base (vu que vous accédez à I2P par votre navigateur web habituel) est de bien désactiver les cookies et l’historique de navigation si vous souhaiter être un peu plus anonyme!

Ressources

Le guide d’autodéfense numérique

 

Share Button