Archives pour l'étiquette 1886

L’insurrection de Mars 1886 en wallonie.

L’insurrection de mars 1886 fût certainement l’un des événements les plus marquants dans l’histoire des luttes sociales et du mouvement anarchiste en wallonie. Pourtant cet événement majeur reste souvent peu connu (y compris dans le milieu libertaire) et bien souvent absent des manuels scolaires d’histoire. On se doute bien de la raison de cette absence sur les bancs de la machine à formater de bon.ne.s citoyen.ne.s qu’est l’école. Parler de luttes et d’insurrection, sa fait mauvais genre et sait-on jamais que cela pourrait donner des envies de révoltes…  Et puis ne dit-on pas que l’histoire est écrit par les vainqueurs…

Il est aussi intéressant d’observé le côté extrêmement spontané, très imprévisible et non-cadré tant par les partis politiques (Bien que le  jeune POB récupérera en partie les événements à son compte, mais cela après leur déroulement)  que par les syndicats encore peu puissant à l’époque de ce qui fût l’une des premières et des plus marquantes révolte ouvrière du pays.

Elle fût également très violemment réprimé.

Le contexte de 1886

La « révolution industrielle » avait commencé très tôt en wallonie  (dès 1770).  Entre 1850 et 1875, c’est le boom de l’industrialisation, la production est multiplié par plus de 3.

Une part immense dans la population travaille dans les secteurs industriels de la houille, du fers et de l’industrie textile (principalement  à Verviers pour cette dernière).

Cette industrialisation provoque des changements assez brutaux dans le paysage wallon voyant apparaître massivement terrils, haut-fourneaux, corons et carrières.

Ce développement économique fulgurants enrichira une bourgeoisie francophone et majoritairement Bruxelloise. A l’époques, les ouvrièr.e.s ne parlent que rarement français. Ielles s’expriment en wallon, picard, gaumais ou flamand. Le français, qui est une langue très codifié sert de signe de ralliement et d’identité commune à la bourgeoisie qu’elle soit flamande, wallonne ou bruxelloise.

Cette forte et rapide industrialisation créera un besoin important de chair-à-patrons pour les bourgeois. Ces travailleur.euse.s viendront d’abord des milieux ruraux wallons puis de la paysannerie flamande.  Grâce à l’exploitation de celleux-ci, la belgique deviendra la deuxième puissance industrielle mondiale.

Cette puissance de l’industrie profitait bien évidement uniquement à la bourgeoisie. La condition sociale des ouvrièr.e.s de l’époque était pour le moins épouvantable… Journée de travail durant de 12 à 14h,  aucune forme de protection, travail des enfants y compris à bas âge… L’abondance de main-d-oeuvre permettait aux patrons de maintenir des salaires très bas. Seul une partie du salaire était payé en argent, le restant étant payé en bon pouvant uniquement être utilisé dans des boutiques appartenant… au patron bien entendu. L’utilisation obligatoire du livret de travail permettait également un contrôle important sur celleux-ci. Ce carnet comprenait des notes sur le comportement de l’ouvrièr.e, permettant aux patrons d’identifier les plus récalcitrant.e.s et contestataires… L’alcoolisme était omniprésent.

Ces conditions s’était encore empiré suite à une crise économique qui débuta dans les années 1880.

Malgré cette misère, les pauvres s’étaient jusqu’à présent montré.e.s de manière générale relativement docile. Le POB (ancêtre du PS) était né en 1885 et faisait lui bien attention de rester dans la légalité… Même si les grèves générales qu’il lancera entre 1890 et 1913 échapperont parfois de son contrôle.

Mais ce calme n’allait pas durer…

A Liège…

Le 18 Mars 1886, un groupe anarchiste liégeois lance un appel pour une manifestation Place Saint-Lambert et un meeting à l’occasion des 15 ans de la Commune de Paris (qui dura du 18 Mars 1871 jusqu’à la Semaine Sanglante du 21-28 Mai 1871).

Les affiches montraient déjà un ton très combatif, on pouvait y lire: « Que chacun apporte un revolver. Alors en avant ! ».

Personne ne s’attendait à l’ampleur qu’allait prendre cette manifestation. Le Bourgmestre-sénateur de Liège décide avec l’avis du commissaire en chef, des 7 commissaires de police de quartiers et des chefs d’industries que la manifestation ne serait pas interdite. En effet, selon-eux, la classe ouvrière liégeoise était d’esprit et le groupe anarchiste de faible importance.

Les anarchistes, elleux-même ne s’attendaient pas à voir plus d’une centaine de personnes.

Pourtant le jours même, ce sont 2 à 3.000 personnes qui se trouvent rassemblé sur la Place.  De classique slogans anti-cléricaux tel que  » A bas la calotte! »,  se mêlaient à d’autres beaucoup plus offensifs :  » A bas les capitalistes ! A bas les bourgeois ! » , « Massacre, massacre ! Révolution ! « ,  » A bas la propriété ! « ,  » A bas les riches !  » et de bon vieux « Vive l’anarchie! ».

Un orateur se met sur les épaules d’autres manifestant.e.s et lance au milieu du bruit de la foule:  « Toutes les marchandises dans les magasins, vous les faites et vous n’en jouissez pas ! Vous mourez de faim avec vos femmes et vos enfants et vous laissez là toutes ces richesses… Vous n’êtes que des lâches. » . La suite des événements nous montrera que son appel aura été entendu….

La foule s’élance et lorsqu’elle arrive dans les quartiers riches de la ville, elle y exprime joyeusement sa colère. Les vitres des magasins, honteux étalage de l’opulence de la bourgeoisie volent en éclat et sont allègrement pillés.

La manifestation arrive ensuite au Café nationale où est prévu le meeting. La salle du café est bien trop petite pour accueillir tout ce monde, seul 400 personnes arrivent à rentrer. Le reste de la foule, restée à l’extérieur brise des vitres et des réverbères à l’aide de pierre.

Des orateurs aux intentions diverses appellent à tour de rôle à l’accalmie ou à l’insurection… Les gen.te.s présent.e.s à l’intérieur sortent ensuite du café. Un anarchiste liégeois, Edouard Wagener, hurle « C’est la dynamite qui doit avoir raison des propriétaires. Ventre affamé n’a pas d’oreilles. Celui qui crève de faim, nom de dieu, doit le prendre où il le trouve… la faim justifie le vol et le pillage !« .

La foule repasse la Meuse harcelée par la police, la gendarmerie et les charges de la cavalerie. Des pavés brisent de nouveau les devantures de magasins, les pillages reprennent de plus belles et du pétrole enflammé est lancé sur les gendarmes à cheval. Des coups de feu sont échangés.

Affrontements et pillages se prolongent durant la nuit jusqu’à 3h du matin. Bilan: 17 blessés, dont 6 du service d’ordre, une cinquantaine d’arrestations, 104 immeubles endommagés.

Le lendemain, les mineurs du Charbonnage de la Concorde à Jemeppe-sur-meuse se mettent en grève. Les vitres de la maison du Directeur volent en éclats.

Le 20 mars la grève s’étend sur tout le bassin liégeois. C’est l’effervescence. Les autorités ramènent une véritable petite armée de policiers, gendarmes, chasseurs-éclaireurs de la garde civique. Des renforts sont appelés des 4 coins du pays. Le bassin de Seraing est en état de siège.  A Liège même une agitation sporadique persiste. Dans la banlieue les symboles de l’autorité et de la prospérité bourgeoise sont pris à parti. Les piquets de grèves collectent des vivres au près des paysans locaux solidaires. Les socialistes tentent, en vain, dans des meetings d’appeler au calme.

Le 22 Mars à Tilleur, des officiers ordonnent d’ouvrir le feu. Trois personnes sont tuées et de nombreuses autres blessées.

Les cellules regorgent de prisonnier.e.s et le 24 Mars, le tribunal correctionnel de liège faisant son sale travail répressif condamne une quarantaine de prévenu.e.s à 4 à 16 mois de prisons pour avoir pris part aux événements du 18 Mars.  En tout 77 condamnations seront prononcées pour cette affaire.

Dans les jours qui suivent le mouvement finit par s’essouffler de lui même dans la région liégeoise.

Mais ce n’en n’est pas fini pour autant…

Dans le Hainaut

Le 25 Mars, la grève gagne les bassins houillères du Hainaut. D’abord les mineurs de Fleurus se mettent en grève. Ensuite ils formeront des cortèges allant de mine en mine pour faire débrayer leurs collègues.

Le lendemain, des piquets volant s’organisent  t arrêtent les laminoirs, les fonderies et les verreries de la région.

La grève devient générale dans les 3 principaux pôles industrielles du Hainaut: Charleroi, le borinage et le centre.

Les verreries seront les cibles privilégiées des insurgé.e.s hennuyer.e.s.

A la glacerie Monseu à Roux, 5.000 mètres de glaces sont fracassées. Le bureau central est incendié.

A Lodelinsart, les verreries Baudoux flambent. Tandis qu’à Jumet, c’est le château du patron (Eugène Baudoux) qui est d’abord pillé par la foule puis lui aussi incendié.

Dès le 27 Mars, la répression s’abat là aussi. 22 000 réservistes de l’armée sont appelés en renfort et le lieutenant-général van der Smissen est chargé de rétablir l’ordre (sa ne s’invente pas… Pour celleux qui ont eu le malheur d’avoir côtoyer son homonyme…) . Sous ses ordres, une vingtaine d’insurgé.e.s sont tué.e.s dont 12 dans la tristement célèbre fusillade de Roux (près de Charleroi) le 29 mars 1886…

Le 30 Mars, comme un dernier soubresaut de l’insurrection, les carrières d’Antoing, Lessines et Ecaussines se lancent dans une courte grève.

Au cours des mois qui suivent, la répression judiciaire continuera à s’abattre sur des centaines d’ouvrièr.e.s. Les peines de prisons pleuvent.

Deux membres très actifs de l’Union Verrière Oscar Falleur et Xavier Schmidt serviront d’exemples et seront condamnés lors du procès des incendies de la verrerie et du château Baudoux à 20 ans de travaux forcés.

Une nouvelle grève éclatera dans le Hainaut et à Liège en mai 1887 pour réclamer le suffrage universelle et la libération des prisonnier.e.s de 1886. Ielles obtiendront la libération de celleux-ci un mois plus tard.

S’en était finit de l’insurrection de 1886 mais son souvenir marquera les mémoires pour longtemps. Sous la législature de 1886-1887 apparaîtront les premières lois sociales. Gouvernements et patrons se sont sentis obligés de lâcher quelques miettes de pains pour calmer les esprits…

 

Share Button
0

1886 : Flambée insurrectionelle en Wallonie

Vu sur le site de René Binamé :

En 1886, une flambée insurrectionnelle se répand de Liège à Charleroi pendant près d’une semaine, résultat d’une rage confusément accumulée pendant des années.

Ce mouvement obtiendra deux  » réponses « . D’une part, une implacable répression étatique (la troupe charge, sabre, tire et tue; les magistrats ont la main lourde). D’autre part, l’encadrement politique et social par le tout jeune Parti Ouvrier Belge (futur Parti Socialiste), fondé l’année précédente.

De la répression, le mouvement ouvrier aurait pu se relever. Dans la foulée, envers et contre le POB, il connaîtra d’ailleurs encore plusieurs soubresauts qui ne seront maîtrisés que de justesse (1893, 1902, 1912…). Par contre, constatons qu’il ne s’est pas encore relevé de son intégration progressive par l’appareil socialiste (et dans une moindre mesure, catholique). Jusqu’à nouveau désordre ouvre-chef et boute-feu?



18 mars 1886, 15e anniversaire de la Commune de Paris. Une poignée d’anarchistes liégeois décide de commémorer l’événement par un meeting qui va déborder au-delà de leurs espérances. (Voir tract)

Bien sûr, un tract ne produit pas un soulèvement, mais il peut comme ici en exprimer, en clarifier, en attiser les motivations. Les émeutes qui s’étendent pendant près d’une semaine depuis Liège jusqu’au bassin de Charleroi témoignent d’une colère qui grondait souterrainement. Le radicalisme des mots d’ordre, les destructions perpétrées sur l’appareil de production et sur les biens de leurs propriétaires (comme aux verreries Baudoux à Jumet), la violence des affrontements avec les forces de répression sont autant d’indices qui témoignent de la virulence de la flambée insurrectionnelle. Les autorités craignent même que la contagion ne gagne la troupe envoyée rétablir l’ordre. Le danger devenait en effet bien réel et que l’on passe ainsi de l’émeute et de l’insurrection au mouvement révolutionnaire. Cela ne s’est pas produit. L’histoire a des leçons à donner, pas à recevoir.

 » La répression n’a eu d’égale que la crainte éprouvée par les possédants. Dès le 24 mars, les sanctions pleuvent. presque toutes les peines prononcées atteignent le maximum. (…) Au lendemain des troubles de Liège, l’opinion conservatrice et le gouvernement, d’une seule voix, en avaient attribué la cause à des agitateurs, à un complot de l’étranger. alertées, les chancelleries n’en ont découvert aucune trace, si ce n’est des mouvements analogues en France, en Angleterre ou aux Etats-Unis d’Amérique » (René Van Santbergen, La grève de 1886).

Le retour au travail, la mise au pas des prolétaires sous l’égide de leur représentants politiques ne se fera pas sans heurts.  » Le POB voulait faire peur à la bourgeoisie en lui disant: Attention, je vais lâcher les chiens, mais la vraie peur du POB, c’était de devoir vraiment les lâcher  » (Robert Devleeshouwer, cité par JP. Schreiber, in La Wallonie née de la Grève?, édition Labor, 1990). Et puisque régulièrement certains amnésiques accusent le Parti socialiste de trahison, voire même de chanter faux l’Internationale, il est bon de rappeler qu’il n’a résolument jamais rien fait d’autre.

 

Un autre texte intéressant:

Les faits:

« Sans souci ! Telle doit être la position des milieux bourgeois en cette journée du 18 mars 1886 à Liège. La police, sourde aux rumeurs, conclut que la manifestation et le meeting projetés par le groupe anarchiste de Liège ne dépasseront pas l’ampleur des précédentes manifestations, au contraire. Des mesures de sécurité de routine sont prises au dernier moment dans l’après-midi. Déjà cependant, la physionomie de la ville a changé. Dès l’heure de midi, il y règne une animation inusitée. On y respire comme un air de fête, mais on y remarque des rumeurs curieuses : «Louise Michel, l’héroïne de la Commune sera présente ! ».

Des camelots vendent le Catéchisme du Peuple d’Alfred Defuisseaux. Au sortir des ateliers, des travailleurs traînent sur les trottoirs, l’air innocent dans le soir qui s’allonge. De la banlieue, dès l’après-midi, des bandes ont pris la route de la Cité. Un témoin dénonce leurs « chansons lugubres », des mineurs crient « Vive la République ! ». On n’escomptait plus de 250 à 300 participants, mais dès 19 heures, la foule est compacte. Edouard Wagener et Jean Joseph Rutters sont surpris par l’affluence : plusieurs milliers de personnes, imprimeront les journaux. Beaucoup de jeunes « gamins », des femmes en grand nombre, une atmosphère bon enfant. Deux bannières, sommées du bonnet phrygien, donnent la départ à deux cortèges dont le premier s’ébranle vers le Pont-des-Arches par la rue Léopold, mais dont une partie dévie vers le Quai-sur-Meuse pour rejoindre en Vinâve d’Ile un second cortège guidé par Edouard Wagener vers le centre commercial de la Cité où peuvent se contempler les fruits, défendus aux manifestants, de l’abondance bourgeoise.

Aux cris de « Vive l’anarchie ! » répondent les vociférations : « Massacre, massacre ! Révolution ! », « A bas la propriété ! », « A bas les riches ! », « A bas les capitalistes ! », et le traditionnel « A bas la calotte ! ». Les volets des commerces s’abattent à grands fracas, tandis que des vitrines, déjà, volent en éclats. La Place du Théâtre et bientôt, la Place du Marché et les environs de l’Hôtel de Ville sont envahis par la meute hurlante : « A manger ! A manger ! Du pain ! ». Une boulangerie est défoncée, les pains roulent. Le torrent populaire traverse la Meuse, déferle en Outre-Meuse, jusqu’à la Place Delcour où l’arrière salle du Café national, lieu du meeting, est déjà comble. Devant 400 auditeurs alternent des orateurs aux intentions diverses, apaisantes pour les uns, subversives pour les autres, qui entraînent la foule vers l’extérieur où le cortège tourne à l’émeute. Des coups de feu sont tirés. Wagener s’époumonne : « C’est la dynamite qui doit avoir raison des propriétaires. Ventre affamé n’a pas d’oreilles. Celui qui crève de faim, nom de dieu ,doit le prendre où il le trouve… la faim justifie le vol et le pillage ! » La foule crie : « Vive la République ! », « Vive la Commune », « Vive l’ouvrier ! », tandis que se gonflent les accents de la Marseillaise.

Trois à quatre mille personnes tourbillonnent sur cette place aiguë. Elles repassent la Meuse, harcelées par la police, la gendarmerie, la garde civique, les charges de cavalerie. Tout le centre, depuis l’entrée de St Gilles jusqu’à la Place St Lambert, frémit sous le maelström. Des pavés brisent les devantures, du mobilier de café vole dans tous les sens, les fiacres s’enfuient au galop de leurs chevaux. On pille les boutiques. Du pétrole enflammé est projeté sur les gendarmes à cheval. Des coups de feu sont échangés. Rassemblée à la hâte, la troupe descend de la Citadelle sur la ville. Toutes les autorités sont sur les dents : 17 blessés, dont 6 du service d’ordre, une cinquantaine d’arrestations, 104 immeubles endommagés, tel est le bilan au moment où, vers trois heures du matin, les derniers fuyards s’enfoncent dans la nuit. Rien, toutefois, n’est terminé. Bien au contraire.

La grève part du Charbonnage de la Concorde, à Jemeppe-sur-Meuse, dont un porion, Léon Lignon, est resté entre les mains de la maréchaussée à Liège. Le mouvement se propage comme l’éclair dès l’aube du 19 mars. Les vitres de la maison du directeur volent en miettes. Pour la patronat, c’est « Non ! » à toute revendication, ni sur la salaire, ni sur le temps de travail. A 8 heures du matin, la grève est générale dans la bassin investi par la gendarmerie, les lanciers, la ligne. La Société Cokerill, toutefois, se félicite du calme de ses ouvriers.

A Liège, police et chasseurs-éclaireurs de la garde civique protègent les abords de la ville, mais l’agitation, sporadique, persiste, menée par des « gamins » tandis que la foule se presse autour du Palais de Justice où les prisonniers sont amenés à grands renforts de moulinets de sabre. Dans la banlieue, la situation s’empire tandis que la pluie disperse les citadins. On brise, on tire, on lance des boulons contre tout ce qui évoque la prospérité. Tilleur, Saint-Nicolas, Jemeppe sont en effervescence. On lapide les trams, saccage les abris, démolit l’éclairage public. La troupe s’installe partout à Seraing, à Flémalle, à Jemeppe, à Ougrée, à Montegnée, à Glons, à Grâce-Berleur. Le lieutenant général baron van der Smissen prend le haut commandement des unités militaires rassemblées en hâte et des réservistes dare-dare rappelés. La nervosité suscitée par la peur et les bobards provoquent des échauffourées ; il y a des morts, des blessés, des hommes, des femmes, des adolescents. Dans les campagnes s’allongent les longues files de quémandeurs et de mendiants, traqués par la gendarmerie et la troupe. Des piquets de grève collectent dans les fermes au grand émoi des paysans.

Dans les meetings, les socialistes tentent de ramener le calme et de privilégier l’organisation du dialogue démocratique. Mais de forts piquets de grève continuent à entraver le travail, les jeunes « hiercheurs » sont les plus acharnés, les femmes ont l’esprit plus monté que les hommes, témoignent les journaux. On réclame la journée de travail à 4 francs, soit un de plus, mais les patrons refusent, arguant des armuriers qui ne se font que 1,50 franc par jour.

En ville, la bourgeoisie est sur pied de guerre. Les cellules regorgent de prisonniers que l’on aiguille vers Louvain, Huy, Namur, Raikem. Les esprits s’échauffent, à Bruxelles et ailleurs. Tandis qu’à Liège, le mouvement s’essouffle, le voici qui déferle soudain sur le pays de Charleroi où, le 25 mars, la paye des mineurs est réduite. Le 26 mars, la fermentation gagne les verreries malgré les réquisitions de troupes, insuffisantes en cet endroit. A Lodelinsart, aux magnifiques verreries Baudoux, c’est l’Apocalypse. Tout flambe, tout explose sous la violence des grévistes. A Jumet, le château du patron subit le même sort. Le 27 mars, à Roux, c’est la tragédie. La troupe tire, on relève neuf morts. Les correspondants de presse évoquent Germinal. Jean Volders proclame dans le Peuple : « Ils l’ont eu nos gouvernants le sang qu’ils désiraient, la sang dont ils avaient soif. Mais il faut que ce sang-là féconde la moisson que la socialisme prépare… ».

Partout, les revendications des travailleurs exigent d’abord plus de considération. Il est fait trop peu de cas de la vie du mineur. Maladies de poitrine, pleurésies lui sont fréquentes. Il est traité comme une bête de somme, évincé par des ouvriers étrangers plus malheureux encore. L’emploi est précaire. S’il se présente à la fosse, il ne descend qu’une fois sur deux. Il ne s’aperçoit des baisses de salaire qu’au moment de la paie. La patron retient indûment le carnet de travail. Tels sont les griefs. On demande l’amélioration des caisses de pension et de secours. Mais la patronat excelle dans l’art de semer la division, de jouer de l’embauche et du renvoi, de recourir à l’importation de houille étrangère. On note cependant quelques concessions. Les pouvoirs publics s’entremettent et, dès le début avril, les esprits se refroidissent. La bourrasque retombe, l’émeute n’a pas engendré l’insurrection. Les travailleurs qui en trouvent retournent au travail, vaincus, mais fiers de leur force soudain révélée. »

Extraits de : « 1886 La Wallonie née de la grève » , M. Bruwier, N. Caulier-Mathy, C. Desama, P.Gérin, éd Labor, Bruxelles, 1990, p.45 à 47

 

Share Button
0