Théâtre à la place (Liège)

Théâtre occupé depuis vendredi, ce soir bouffe pop à prix libre , ça bouge bien, s’organise bien mais faut quand même du soutien et du relai, passe le message à ton voisin et viens boire un godet. Le communiqué : Nous, groupe d’acteurs, occupons les anciens locaux du Théâtre de la Place à Liège. Pour y créer un Théâtre À La Place. Le Théâtre À La Place a pour vocation de devenir un espace autonome de création et de rencontre, de passage autant que d’ancrage, au coeur du quartier d’Outremeuse. Nous occupons depuis le 6 Septembre 2013 les locaux laissés vacants. L’inauguration du Théâtre À La Place se fera Samedi 7 Septembre, lors d’une soirée de présentation à la brasserie du théâtre. Cet espace culturel, au coeur de la ville, n’avait plus de vie depuis le mois de juin 2013 et devait rester fermé jusqu’à sa destruction prévue pour le printemps 2014. Les théâtres appartiennent À TOUS et nous ne pouvons nous résoudre à laisser un si bel outil abandonné. Nous jetons place de l’Yser les bases d’une résurrection possible. Le Théâtre À La Place est ouvert à tous, tous les jours, de 13h à minuit, gracieusement. Des évènements y ont lieu chaque jour : spectacles – concerts – expositions – performances – ateliers ouverts – repas. Le Théâtre À La Place est un espace-temps commun. C’est un lieu vivant, malléable. Chacun peut participer à sa construction. Nous invitons tous ceux qui voudront composer avec les moyens précaires qui sont les nôtres, à venir lui donner vie. Nous souhaitons interroger la nécessité du théâtre et de l’art pour une société. Nous profitons de ce théâtre au centre de la cité pour le rendre utile et nécessaire à tous. Manifeste Nous constatons qu’un théâtre est vide. Nous nous ruons sur l’occasion pour expérimenter une pratique de l’art à coté des contraintes dictées par le marché, la profession, la poursuite d’une carrière, l’exercice d’un métier, la production. Notre action nous est propre, elle est une réponse que nous trouvons aujourd’hui parce-que le terrain est propice, la situation favorable. Au slalom dans l’institution nous préférons une action collective, autonome. L’art contient suffisamment de politique pour ne pas dépendre des politiques, qu’elles soient culturelles, sociales, populaires, en tout cas déterminées par un calendrier électoral. Nous ne voulons pas être les collaborateurs actifs d’un programme politique. Nous ne réclamons rien, nous n’ attendons rien. Notre occupation du théâtre de la place est instinctive et nous l’estimons nécessaire. Nous la défendons parce qu’il n’y a pas mieux à faire dans l’instant. C’est un geste pour dépasser le vide, ce n’est pas le plus radical et nous le croyons juste parce que généreux. Les théâtres sont à nous. Les théâtres sont à tous. Nous voulons fabriquer un rituel qui s’appelle le théâtre, qui fait partie de la vie, et qui à ce titre, a lieu sans être mystifié ni déprécié. Nous voulons fabriquer ce lieu qui s’appelle le théâtre, ouvert au public, au centre, qui est un lieu de passage autant que d’ancrage. Nous n’attendrons pas d’avoir mille fois fait nos preuves pour nous sentir légitimes. Nous avons la volonté de faire les choses simultanément et non plus successivement. Nous ne passerons pas plus de temps à chercher de l’argent qu’à faire du théâtre. Nous voulons faire se percuter art vivant avec art de vivre. Une société a le théâtre qu’elle mérite. Supposons que nous méritons mieux. Le Théâtre de la Place devait rester inoccupé en attendant sa destruction. Nous l’occupons depuis le 6 Septembre. Nous l’ouvrirons tous les jours. Nous y jouerons tous les jours. Gracieusement. Nous invitons quiconque voudra faire avec la situation et les conditions qu’offre le lieu. Nous souhaitons découvrir ce qu’est un théâtre libre et ouvert à tous en permanence à Liège.

 

Vu sur INDY BXL

Share Button

(TRACT) Contre les fachos de NATION.

TRACT A LIRE, DIFFUSER, IMPRIMER

Contre les fachos de NATION

Share Button

Bruxelles : « Opération Cendres ». Perquisitions chez des compagnons

Bruxelles – Le 22 mai 2013 vers 6h du matin, des dizaines de policiers de
la section anti-terroriste de la police fédérale judiciaire investissent
et perquisitionnent 3 domiciles où habitent notamment des compagnons
anarchistes et anti-autoritaires ainsi que la bibliothèque anarchiste
Acrata. Toutes les personnes présentes (11) sont arrêtées et emmenées aux
bureaux de la police fédérale.

Les accusations sont : appartenance à une organisation terroriste,
association de malfaiteurs et incendie(s) volontaire(s). L’opération est
baptisée « cendres » et est dirigée par la juge d’instruction Isabelle
PANOU, tristement célèbre pour sa longue carrière au service de l’Etat.

Les policiers emportent de nombreux documents, des effets personnels, les
ordinateurs et tout ce qui a trait à l’informatique, les GSM’s (téléphones
portables), du matériel d’agitation, etc. Pendant les auditions,
auxquelles tout le monde refuse de collaborer, il apparaît que l’enquête
porte sur des luttes, révoltes et activités allant de 2008 jusqu’à
aujourd’hui notamment contre les prisons, la construction du nouveau
centre fermé de Steenokkerzeel, les transports en commun (STIB), les
institutions européennes et les eurocrates, la construction d’un RER à
Bruxelles, l’OTAN, la machine à expulser, les huissiers et la construction
d’une maxi-prison à Bruxelles. Sont aussi épinglées des publications
telles que Hors-service ou encore plus généralement des écrits, affiches,
etc. diffusés par des anarchistes et anti-autoritaires.
Vers 13h, tout le monde est relâché sans avoir eu à comparaître devant la
juge d’instruction.

Face à ces accusations de terrorisme et à leur lot d’intimidations et de
harcèlements, il n’y a pas à abandonner les idées et les actes visant la
destruction de toute autorité et la joie que procure cette bataille.

Continuons à lutter pour la liberté, à abattre ce monde mortifère qui
opprime et exploite.

Rien n’est fini, tout continue
Attaquons ce qui nous opprime

Bruxelles, 23 mai 2013

Share Button

Non à la nouvelle route à Cambron-Casteau!

radicalgraphics---852
Le jeudi 2 mai, la Région Wallonne a décidé de consacrer 5,5 millions d’euros à la création d’une nouvelle route reliant la N56 (Mons-Ath) au parc Pairi Daiza.

Une fois de plus des terres agricoles vont être détruites, des agriculteurs expropriés pour le profit d’entreprises (Pairi Daiza ainsi que les entreprises de constructions). Nous savons bien que ce genre de projets suit parfaitement la logique du profit capitaliste et que nous ne pourrons en finir avec la destruction des terres qu’en détruisant le capitalisme.

Opposons-nous à la destruction et au bitumage des terres agricoles.

Montrons-leurs que partout où ils voudront détruire, il  y aura des gens pour leurs mettre des bâtons dans les roues!

 

 

Share Button

Créeons nos propres réseaux de communication !

Vu sur Indymedia Bxl.

La communication radio est souvent délaissée et peu connue des milieux militants. Pourtant son utilisation efficace peut ouvrir de nombreuses possibilités. Elle peut nous permettre d’avoir nos propres moyens de transmission autonomes des réseaux GSM et internet. L’utilisation de talkie-walkie peut s’avérer très utile en action ou en manif (pour prévenir de mouvements des flics par exemple).

On peut également imaginer la création de réseaux internet parallèles fonctionnant sur des points d’accès wifi ou par packet radio. Il est aussi également possible de créer des radios pirates pour diffuser nos idées et informations.

Plusieurs technologies différentes peuvent être mise en place facilement et rapidement :

Le PMR446, il s’agit de talkie-walkie en ventes libres possédant 8 canaux et dont la portée varie de quelques centaines de mètres à plus de 10km en fonction du matériel utilisé et du relief. Il est possible de trouver sur internet des explications sur comment changer l’antenne afin d’augmenter la portée. Il est également possible de trouver du matériel plus puissant sur le net.
La cibi, il s’agit de poste fixe (que l’on peut facilement récupéré ou trouver d’occasion pour quelques euros) ou de talkie-walkie (plus rare et souvent plus chers) pouvant porter en fonction de l’antenne et de la puissance jusqu’à plus de 50km (voir plusieurs centaines de km pour les postes équipé de la BLU). Ils possèdent généralement 40 canaux mais l’on trouve facilement des postes débridés de 80,120 voir 240 canaux.
La HF pirates( notamment sur 6,660Mhz), qui porte facilement sur plusieurs centaine de km voir milliers de km. Là par contre la mise en place est plus compliqué et plus couteuse. Elle nécessite des émetteurs HF radioamateurs débridés (plusieurs centaines d’euros généralement) et de grandes antennes (sauf si l’on utilise des antennes style EH mais leur mise au point est un peu complexe)

Voilà ce texte de départ n’est pas très précis ni sans doutes très bien écrit mais nous comptons bien faire des écrits plus complets dans l’avenir et espérons que se multiplient les pirates des ondes.

Share Button

L’imprévu

D’une manif à une attaque en règle contre les keufs
Plusieurs organisations, politiques et syndicales, avaient lancé l’appel à une manifestation « contre les violences policières » pour le 15 mars. Avant de vous raconter comment cette initiative leur a heureusement quelque peu échappé, nous aimerions nous attarder quelque peu sur le contenu que ces organisations avançaient dans le cadre de cette « action ».
S’ils avaient pour but de dénoncer les « abus » policiers, ils revendiquent, au fond, une « meilleure » police, une police moins brutale. Or, non seulement il s’agirait de quelque chose contraire à la nature même de toute institution policière, dont la fonction est justement le contrôle et la coercition, qui produisent toujours leur lot de tortionnaires, tabasseurs, violeurs et racketteurs, mais, surtout, revendiquer une police moins brutale revient à légitimer l’existence de la police, à la renforcer… Et donc, à dire que la liberté n’est pas possible hors du cadre d’un Etat, avec ses lois et ses sbires.
Quant à nous, si nous nous battons pour la liberté, c’est parce que nous pensons qu’après avoir supprimé les sources de l’oppression et de l’exploitation, les êtres humains seront capables de vivre en liberté, c’est-à-dire, de vivre leur vie à leur guise et de faire des accords entre eux quand cela leur semble nécessaire. L’Etat, c’est la négation de la liberté, une négation qui, pour se maintenir, a recours à la police, à l’armée, à la prison… ainsi qu’à l’intégration de ses possibles opposants via le dialogue, la participation, les élections et tout ces choses-là. Le système réussit à se maintenir autant grâce à la police qui le protège que grâce à la collaboration de ceux qui le subissent ou l’acceptent.
De fait, dès le début de la manifestation, les organisations qui l’avaient appelée ont montré de quel monde ils rêvent : tout le monde devait marcher derrière un camion-sono qui crachait leurs slogans tandis qu’une petite armée de service d’ordre, spécialement recrutée pour l’occasion, encadrait les « manifestants ». Si les organisateurs prétendaient dénoncer les abus de la police, ils se montraient déjà prêts à la remplacer eux-mêmes.
Fort heureusement, l’imprévu vient souvent bouleverser les plans de ces apprentis-chefs. Ainsi, vers la fin de la manifestation, l’encadrement a été débordé par des dizaines de personnes ne voulant ni se plier aux mots d’ordre officiels, ni se courber devant les vigiles des organisations. Une patrouille de police a été attaquée et quatre flics en civils (d’ailleurs, des types bien connus pour leurs interventions musclées) ont été coincés et ont bien ramassé. Une demi-heure plus tard, tandis que les révoltés narguaient une rangée d’anti-émeute, les vigiles du service d’ordre ont été pris à partie quand ils tentaient une fois de plus d’endiguer la rage émeutière. Les vigiles et les prêcheurs semaient la confusion, ce qui faisait grandir la méfiance et l’agressivité vis-à-vis de tout ce qui constituait un obstacle (réel ou non) pour les révoltés. Cela amena la situation à un tel point que pas tout le monde ne savait plus distinguer entre complices et délateurs. Les organisations politiques, à travers leur but de tout incorporer dans leurs desseins, sont en grande partie responsables de cet état de fait.
D’ailleurs, pour éviter d’écorner la « bonne image » qu’elles voulaient donner aux médias et aux institutions, elles ont totalement omis d’évoquer ces événements et ces affrontements dans les communiqués qu’elles ont diffusé après la manif’. Alors, une fois de plus, pour quoi se battent-elles, si ce n’est pour remplacer elles-mêmes la police et pour mentir, à l’image des politiciens de toutes obédiences ?
Bien que ce ne soit pas dans nos habitudes, nous voulons bien aider ces organisations politiques et syndicales à en tirer au moins une leçon : ceux qui se battent contre toute autorité et ceux qui se révoltent ne respecteront pas leurs mots d’ordre et ne se laisseront pas effrayer par leurs services d’ordre ou par leur collaboration avec les keufs. Et face à la police, face aux tortures dans les commissariats et aux tabassages dans la rue, face aux chasses à l’homme et aux enfermements, nous ne revendiquerons nullement une meilleure police, nous ne ferons pas des sketches politiques pour gagner de l’influence auprès des institutions. Notre approche, elle est fort simple : dans la mesure du possible, nous leur ferons payer coup pour coup et nous frapperons là où ils ne nous attendront pas, surtout contre ce que la police cherche à défendre. Ingouvernables.
Share Button

A Mortsel, la police assassine!

Le 6 Janvier 2010, Jonathan Jacob, 26 ans, meurt dans une cellule du commissariat de Mortsel suite à une intervention de l’équipe d’assistance spéciale d’Anvers qui a lancé une grenade lumineuse avant de le ruer de coups afin de lui injecter un calmant. Peu de temps après il meurt d’une hémorragie interne..

Nous ne croyons pas en la justice de l’état car nous savons que généralement elle protège ses larbins (flics,matons,…) et que même si pour se sauver la face d’un scandale médiatique, elle condamne les policiers responsables de ce meurtre, elle reste une institution pourrie et violente qui sert principalement à défendre les intérêts du capitalisme. De même nous ne voulons envoyer personne en prison, nous voulons la destruction de ces geôles.

Nous savons aussi que partout où elle existe et tant qu’elle existera, la police tabasse, humilie et assassine. Nous n’oublions pas ces meurtres policiers  beaucoup moins médiatisés comme ce jeune de 25 ans mort l’année passée dans d’étranges circonstances à Tamines, noyé dans la Sambre en tentant de fuir un contrôle de police.

NO JUSTICE NO PEACE !

Vidéo du meurtre de Jonathan Jacob :

Articles de la presse bourgeoise sur le sans papiers qui a tenté d’échapper à la police.

Share Button

APPEL expulsion: Quatrième tentative ce 2 mai.

Monsieur TM est arrivé du Cameroun il y a 3 ans. Il avait 20 ans. Il a été arrêté en janvier 2013 et a été enfermé depuis dans nos centres fermés, d’abord à Merksplas, puis à Vottem et actuellement à Bruges.

Le 4 avril il a subi une troisième tentative d’expulsion, à laquelle il a résisté. Les passagers du vol vers Douala ont réagi et ont refusé de voyager avec une personne expulsée de force. Le même jour l’Office des Étrangers a encore essayé de le mettre sur un vol vers Casablanca sans succès. Vu la résistance de Monsieur M ils ont abandonné. Monsieur a reçu des coups et a été ramené au centre fermé de Bruges. Il a actuellement encore des séquelles physiques suite à cette violence lors de cette tentative d’expulsion.http://www.gettingthevoiceout.org/appel-expulsion-3eme-tentative/

Monsieur M va subir une nouvelle tentative d’expulsion ce jeudi 2 mai vol  vers Douala  10h40, organisé à nouveau par SN Airlines. Il est bien décidé à refuser cette expulsion, ayant envie de rester près de nous. Il demande fermement notre aide.
Et attention l’Office risque à nouveau de le mettre sur un autre vol en cas d’échec. Il est plus que probable que ce serait le vol vers Casablanca organisé par Air Maroc à 17 heures 40.

Empêchons les expulsions et donnons un coup de main à Monsieur TM.

Rendez-vous à l’aéroport à 8h40 ce 2 mai pour parler aux passagers du vol SN Airlines vers Douala et au personnel de SN Airlines.

Essayons aussi d’être présents au check in de Air Maroc 15h40 vol 17h40 vers Casablanca au cas où Monsieur serait mis sur ce vol !

Campagne de fax, tel, mail à la compagnie responsable du vol et aux responsables politiques de ces expulsions ;

http://www.brusselsairlines.com/com/contact/
Fax = 027233599 / 02/7238496 / 027534931
Tél : 078 188889 / 027232345 / 027232362

A la compagnie SN airlines
Brussels Airlines
zone General Aviation
b.house
Brussels Airport Building 26
Ringbaan
1831 Diegem
Réception: 02 / 754 19 00

Monsieur,

Nous apprenons qu’un homme enfermé depuis plusieurs mois dans les centres fermés belges va subir une quatrième tentative d’expulsion ce 2 mai 2013 vers son pays d’origine, le Cameroun, par l’entremise de votre compagnie.
Nous vous demandons expressément de refuser cette expulsion et de ne pas participer à cette violence appliquée par notre gouvernement belge pour déporter des personnes qu’il juge indésirables.

En vous remerciant,

NOM

et Copie ou autre courrier à :

-Monsieur M. F. Roosemont, Directeur de l’Office des Etrangers : Bur_Presse@dofi.fgov.be
T 02 793 80 31 (NL – EN) – 02 793 80 30 (FR), Fax 02 274 66 40 ,

Monsieur Elio Di Rupo, Premier ministre : info@premier.fed.be // Fax 022173328, 025126953

Madame Joëlle Milquet, Vice-Première ministre et Ministre de l’Intérieur : milquet@lecdh.be, milquet@milquet.belgium.be // Fax: 022380129, 025048500, 025048580

Madame Maggie De Block, Secrétaire d’Etat à l’Asile, à l’Immigration et à l’intégration sociale, adjointe à la Ministre de la Justice : info.maggiedeblock@ibz.fgov.be // Tél 02 542 80 11 // Fax : 02 542 80 03Monsieur Elio Di Rupo, Premier ministre

 

http://www.gettingthevoiceout.org/appel-expulsion-quatrieme-tentative-ce-2-mai/

Share Button

Il faut détruire le salariat et l’état – Message adressé aux ouvriers d’ArcelorMittal

Compagnons d’ArcelorMittal, vous avez lors de vos actions démontré une rage envers les exploiteurs du patronat, de l’état et de ses larbins (flics et autres pourritures qui servent les intérêts des puissants). C’est pour cela que nous reconnaissons en vous des alliés objectifs de la guerre sociale, la guerre des exploiteurs contre les exploités. Cette guerre sans ligne de front définie et que les puissants voudraient bien voir disparaître au profit d’une guerre entre pauvres, d’une guerre entre sans-papiers et avec-papiers ( il est tellement simple de faire porter la chapeau de la misère à des boucs-émissaires plutôt que pointer les vrai responsables : le patronat, l’état et le système capitaliste), d’une guerre entre chômeurs et travailleurs,…

La guerre sociale et la violence du système capitaliste peuvent sembler être des concepts très flous. Et pourtant… Cette violence est omniprésente ! En effet pour nous, le monopole de la violence soi disant légitime de l’état et exercé par la police qui matraque, gaze, séquestre, humilie et tabasse… C’est de la violence. Les millions de précaires qui galèrent au jour le jour, C’est de la violence. Les travailleurs plongés dans la peur du chômage et maintenu dans un état d’esclavage moderne… C’est de la violence. Les gens qui meurent de faim ou vivent sans-abris alors que d’autres se gavent de millions… C’est de la violence.

Face à cette violence il nous semble légitime de répondre par l’action directe et le sabotage. Il nous semble aussi indispensable de ne pas s’enfermer dans une logique corporatiste et de tisser des liens, des affinités de luttes voir des amitiés entre travailleurs, chômeurs, jeunes de cités et autres pauvres.

L’abolition de l’état, du capitalisme et de l’esclavage salarial ( de nos jours plus besoins de chaines, les congés payés et la peur du chômage font très bien l’affaire) qui nous oppressent, enferment, exploitent et écrasent nous semble indispensable pour enfin conquérir notre liberté. Et nous savons bien que nous ne l’obtiendrons pas en allant poser un papier dans urne (quel immense liberté que de pouvoir choisir son maitre…) mais bien en luttant.

Share Button

Communication des détenus du centre fermé de Vottem – 19/12/12

Nous, détenus dans le centre fermé de Vottem, voulons dénoncer  l’inhumanité de nos arrestations, enfermements, expulsions.

Nous avons tous été arrêtés à notre domicile ou au travail. Nous vivons tous depuis plusieurs années en Belgique.

Certains de nous ont une femme et des enfants ici.

Certains de nous ont une carte de résidence en règle dans un pays de l’espace Schengen.

Certains de nous sont gravement malades.

Certains de nous sont nés en Belgique.

Certains de nous ont des enfants dans la même école que nos gardiens.

Nous avons tous fait une demande d’asile ou une demande de régularisation selon les règles dictées par la loi.

Et nous sommes traités comme des criminels lors de nos arrestations : menottes, enfermement dans des cellules des postes de police pendant des heures, parfois sans manger, ni boire.

Nous avons été amenés, toujours menottés et enfermés dans une prison nommée centre fermé pour étrangers. Sur les murs de nos prisons, chacun écrit sa petite histoire dans toutes les langues. Un vrai musée où on lit toute la misère du monde.

Certains ont subi des tentatives d’expulsions, parfois 2 en 24 heures et ont été témoins ou ont subi de graves violences policières. Nous sommes mis en isolement et amenés à l’aéroport, menottés et scotchés, sans être prévenus, sans qu’on nous ait laissé la possibilité de prévenir nos avocats ou notre famille.

D’autres sont partis menottés vers un pays où ils ne veulent ou ne peuvent plus vivre, vers un pays qu’ils ne connaissent parfois pas.

Certains ont des avocats qui ne font rien pour les défendre et qui sont incompétents. Ils sont perçus comme des collaborateurs à ces politiques d’enfermement.

L’incompétence, voir l’immobilisme des ces avocats arrangent bien l’Office des Étrangers, qui peut ainsi expulser à sa guise !

Nous comparons les agissements de l’Office des Étrangers aux  agissements du temps des nazis lors des arrestations et expulsions : l’Office peut arrêter, enfermer en toute impunité, sans discernement, la population désignée ici étant l’Étranger.

Nous dénonçons le pouvoir donné à l’Office des Étrangers, qu’on laisse travailler en toute impunité, sans aucun contrôle. Ils enferment, expulsent tout « étranger » parfois dans l’illégalité totale.

Nous dénonçons cet Office des Étrangers qui n’hésite pas à contourner la loi, qui n’hésite pas à utiliser des stratagèmes pervers pour arriver à ses fins, qui passe au dessus des décisions du Conseil du contentieux ou des directives européennes ou internationales.

Nous dénonçons cette politique de rendement aveugle : déportation de tous,  faire tourner la  machine à expulser, faire du chiffre.

 Nous, détenus dans le centre fermé de Vottem, voulons par cet appel montrer  ce visage de la Belgique que le citoyen Belge ne veut pas voir !

  Cet appel sera diffusé lors du rassemblement de Noël autour du centre fermé de Vottem organisé le lundi 24 décembre 2012

Share Button

Luttes sociales en wallonie

Aller à la barre d’outils