Archives pour la catégorie Tract

(Tract) Contre l’austérité, l’état et le capitalisme!

Une version tract à imprimer de ce texte précedement publié sur Wallonie Libertaire.

Tract en PDF

Share Button

(Tract) Qu’est-ce que l’anarchisme?

Tract des JL de Toulouse légerement remanié (PDF en bas de page)

Depuis longtemps les pouvoirs cherchent à modifier le langage à des fins politiques. C’est ce qui s’est passé avec le terme  » Anarchie  » qui a été utilisé comme synonyme de chaos d’une manière très efficace puisque cette définition est maintenant couramment admise.

Pourtant,  » Anarchie  » signifie étymologiquement  » absence d’autorité  » ce que les pouvoirs essaient d’associer à  » désordre  » pour justifier leur existence, pour légitimer le gouvernement. Les anarchistes ne sont évidemment pas des démons qui cherchent à répandre la terreur et le chaos. Simplement nous pensons que personne n’a le droit de diriger d’autres personnes. Nous pensons qu’il est nécessaire que chacun prenne sa vie en main sans remettre sa liberté entre les mains de professionnels de la politique.

Parce que nous plaçons la liberté individuelle et collective au-dessus de tout, nous luttons contre l’État et contre l’autoritarisme (aussi bien dans les familles, à l’école, au travail…). Adversaires de toute forme de domination, nous rejetons le système capitaliste basé sur l’exploitation et la soumission . De même nous rejetons le sexisme, le racisme et toutes formes de fascisme. Nous n’acceptons pas que des millions de personnes vivent dans la précarité pendant que quelques autres s’accaparent les richesses. Nous pensons au contraire que efforts et richesses devraient être répartis égalitairement selon les capacités, les envies, les besoins de chacun.

En définitive nous défendons un ordre social basé sur la liberté, l’égalité, et la solidarité dans lequel chacun puisse participer sans hiérarchie à la prise des décisions qui le concernent. Cela est présenté par le pouvoir comme irréalisable et utopique, cependant (et sans compter les moments historiques où cela a été mis en pratique) nous demandons :
 » Qu’est-ce qui est le plus logique et le plus juste ?  »

Un système basé sur la soumission et la contrainte ou un ordre basé sur la liberté, l’entraide et l’autogestion ?
L’un se fonde sur une hiérarchisation oppressante, l’autre sur l’égalité entre les personnes et les peuples.

N’oublions pas que la société
n’est que ce que les êtres humains en font
et que le pouvoir ne se maintient que grâce à notre passivité.

Le tract en PDF

Share Button

(Tract) Riposte à la crise du logement

Tract vu sur le site du Caracole-Neur

A Namur comme ailleurs «la crise du logement» ne fait qu’empirer de jours en jours, les loyers et les charges ne cessent d’augmenter, les expulsions s’enchaînent et la précarité touchent des couches de plus en plus larges de la population. De plus en plus de gens ne peuvent plus vivre une vie décente ou pire sont condamnés à vivre dans des taudis voire à la rue, car ils n’arrivent plus à payer leurs loyers.
Et encore, même dans la rue, la société rejette toutes traces de misère, les s.d.f. sont traqués, chassés ou refoulés des centres villes comme à Charleroi, Liège, Andenne mais aussi Namur. La croix rouge ne peut que constater et reste impuissante face a l’extrême précarité des mal-logés qui, de plus en plus, se résignent à leurs conditions, parfois jusqu’à se laisser mourir.
Les propriétaires, aidés de la police, avec la loi et les huissiers, n’hésitent pas à expulser en plein milieu de l’hiver, des squats ou des familles en bail précaire. Pourtant, à Namur, des centaines de logements restent vides. Souvent pour des raisons spéculatives (maintenir les loyers chers en faussant l’offre et la demande), mais aussi pour des raisons commerciales et égoïstes (à Namur la plupart des étages de la rue de fer sont inoccupés par exemple).

Pourtant la riposte est possible ! Partout en Belgique et dans le monde des gens refusent ces conditions de domination et décident de reprendre leurs vies en main. Ensemble, ils occupent maisons, terres, usines et écoles. En effet, partout, l’autogestion est possible, sans chefs ! Nous n’attendons rien de l’état, nous savons que nous n’auront que ce que nous leurs reprendront.
Nous sommes également convaincus qu’on ne pourra réellement mettre fin à la précarité qu’en nous débarrassant du capitalisme, qui ne profite qu’aux riches !
Dès lors nous conseillons à tous les mal-logés, sdf et autres précaires à s’organiser contre l’oppression et la répression, d’occuper les bâtiments vides et les friches industrielles et à défendre ces occupations.

Le tract en PDF

Aussi vous pouvez envoyer au collectif du caracole neur
(caracole-neur@riseup.net) vos avis et suggestion,vos projet, les adresses des bâtiments vides, des friches industrielles cultivables…
Et ensemble organisons nous !

Share Button