Archives pour la catégorie Sans-papiers/ Luttes contre les frontières

Condamné à perpétuité

Nl,Fr,Engl http://www.gettingthevoiceout.org/%ef%bb%bfcondamne-a-perpetuite/

Condamné à perpétuité

30/05/2017

Ça y est, la loi permettant d’expulser des ressortissants étrangers nés en Belgique entre en application et c’est avec Yassine que le gouvernement va « l’inaugurer », au nom de prétendues « mesures sécuritaires ».

36 ans et né en Belgique, Yassine a passé toute sa vie ici. Il est malheureusement passé par la case prison. Privé de travailler, il a été obligé de voler. Mais peu importent les raisons, l’enfermement n’est de toute façon pas une solution.

Il a subi une première tentative d’expulsion le 19 mai. Est-il nécessaire de préciser qu’encore une fois, les policiers ont fait usage de violences graves ? Yassine est traumatisé par ce contact pour le moins rapproché avec les policiers mais est surtout dans
l’incompréhension : il appartient à la société belge, il est né et a grandi ici. Que va-t-il faire au Maroc ?

Et à nos politiques qui verraient une pertinence quelconque à évoquer l’argument du « criminel » et du « sécuritaire » : La prison comme punition, on sait trop bien que ça ne marche pas.
Quant aux expulsions : éloigner pour se dé-responsabilier ? On passe à côté du problème. Yassine a purgé sa peine, l’expulser au Maroc, c’est le condamner à perpétuité.

Yassine est actuellement enfermé au centre fermé de Merksplas. Paniqué par l’expulsion qui approche, il s’est coupé avec des morceaux de verre.
Il pleure à chaque appel. Un épisode qui nous rappelle tristement les événements de Vottem il y a quelques semaines et tous les autres suicides ou tentatives de suicide dans les centres fermés.
Yassine est actuellement en isolement et est psychologiquement très fragile. A la violence psychologique de sa détention viennent s’ajouter des violences physiques. Son état ne lui permettra pas de résister à une nouvelle expulsion.

Il nous dit du fond de son cachot :« Ils ont vu mes coupures, ils ont vu,ils sont rentrés, ils m’ont encore frappé, ils m’ont encore menotté.J’ai mes doigts, je ne les sens même plus, maman… Mon pays, qu’est-ce qu’ils me font ? Ils n’ont aucune pitié… J’ai fini ma peine, maman ! »

Exclusion, répression et expulsion : ainsi notre gouvernement entend mener sa politique sécuritaire, il vient encore de le confirmer en annonçant la construction de 3 nouveaux centres fermés. A quel prix ? Au sacrifice de nos valeurs. Au détriment de l’humanité. Au péril de nos droits.

Nous devons, plus que jamais, montrer au gouvernement que nous refusons et que nous opposons une résistance à ces politiques répressives et inhumaines, avant que l’on ne puisse dire « si on avait su ». Ne faisons pas d’amalgame entre ce qui est légal et ce qui est juste. Cette
nouvelle loi relève d’une profonde injustice.

Share Button

(Video) Smashing the fortress

Pour activer les sous-titres français cliquer sur CC puis français

 

Smashing the Fortress from subMedia.tv on Vimeo.

Share Button

Expulsion collective vers la Guinée ce 28/09/2016 ?

Vu sur Getting the voice out

APPEL/ Une fois la machine à expulser en route avec cohorte de militaires et de policiers, il devient très difficile voire impossible pour les expulsés de résister lors d’une expulsion collective, mais d’autres initiatives politiques ou militantes venant de l’extérieur peuvent empêcher le vol.En 2014 l’atterrissage d’un charter avec 34 Guinéens a été refusé par le gouvernement à Conakry et l’avion a été contraint de revenir à Bruxelles ! http://www.gettingthevoiceout.org/la-guinee-refuse-toute-expulsion-collective-de-ses-nationaux/
Théo Francken nous a maladroitement annoncé sur twitter une déportation collective européenne vers Conakry ce 28/09/2016. Les projets de ces vols sont en général gardés secrets jusqu’à la dernière minute. Les tweets de Francken sont principalement de la propagande, une menace, ou peuvent s’avérer être exacts, même si la date peut être modifiée.
Il y a plusieurs dizaines de Guinéens enfermés depuis des mois dans nos centres fermés, mais ils ėtaient jusqu’ici inexpulsables car sans laissez-passer, LP qui doivent être délivrés par l’ambassade de Guinée pour permettre l’expulsion. Vraisemblablement un accord ( secret, légal ?) a été trouvé entre Francken et l’ambassadeur pour permettre ces expulsions.

Cette information doit être diffusée et les personnes guinéennes concernées doivent être prévenues rapidement.

Les personnes concernées :

Les personnes qui ont eu un avis négatif et définitif à leur demande d’asile

Les personnes vivant sur le territoire sans documents

Les personnes ayant un dossier « criminel » et étant sans papiers sont actuellement prioritaires pour les expulsions et courent un risque plus important d’arrestation et d’expulsion

Les personnes maintenues dans les centres fermés
Les risques d’arrestations

Des arrestations peuvent encore avoir lieu sur la voie publique, au domicile officiel, au commissariat de police ou à l’Office des Etrangers.

Comment éviter l’expulsion

Éviter de se retrouver dans des situations mentionnées plus haut (ne pas rester à son domicile officiel, éviter des endroits comme les gares, les métros, ne pas se rendre à une convocation à l’Office des Étrangers, à la commune ou au bureau de police)

Informer son avocat qui peut refaire une demande d’asile ou un recours à une décision des tribunaux, ce qui retardera la possibilité d’expulser.

Informer les amis, la famille et les prévenir rapidement si vous êtes arrêté

Informer les compatriotes sur la menace d’expulsion, les hommes/femmes politiques de notre pays et du pays d’origine.

Si vous êtes souffrant consultez votre médecin afin qu’il fasse un certificat qui pourrait empêcher l’expulsion

Déroulement d’une expulsion collective

Voici un aperçu de ce qui a pu être rassemblé au sujet du déroulement d’une expulsion collective.

LES SEMAINES QUI PRÉCÈDENT :
Arrestations dans les lieux publics de personnes « sans papiers » avec une nationalité visée, détention dans les centres fermés de ces personnes ,
Maintenance dans les centres fermés des personnes déjà enfermées et/ou ayant déjà subi des tentatives d’expulsion
Enfermement au centre fermé Caricole des personnes demandant l’asile à l’aéroport et analyse rapide de leurs dossiers

LES JOURS QUI PRECEDENT :
Transfert des centres fermés belges vers le centre fermé 127bis à Steenokkerzeel de tous les candidats désignés par l’Office .

LES HEURES QUI PRECEDENT :
Mise en isolement des candidats expulsés, y compris un nombre inconnu de « réservistes » pour le vol

ET 4 à 5 HEURES AVANT LE VOL :
Embarquement des expulsés dans des camionnettes et des bus , parfois militaires. Les prisonniers sont menottés et accompagnés chacun de 2 ou 3 policiers en uniforme ou en civil.
Les récalcitrants et ceux qui ont refusé une expulsion précédente et qui donc sont considérés comme dangereux ont droit à un traitement spécial : Isolement, mise à nu et flexions en présence de policiers, ligoté(e)s etaccompagné(e)s d’une escorte spéciale
http://www.gettingthevoiceout.org/cinq-mois-en-centre-ferme/

Cet embarquement au centre fermé 127 bis prend en général plus de 2 heures et est parfois accompagné de violence.

Départ de la caravane vers l’aéroport militaire de Melsbroek à la Chaussée de Haecht, embarquement dans un avion militaire,
Les expulsés restent menottés pendant une partie du vol

http://www.gettingthevoiceout.org/mode-demploi-vol-collectif/

Share Button

Solidarité Thessalonique!

Vu sur le site de jeluttedoncjesuis


Le 27 juillet 2016, un coup violent a été porté contre le mouvement social et les réfugiés à Thessalonique. En effet, trois des principaux squats de la deuxième ville de Grèce, hébergeant à la fois de nombreux réfugiés et des dizaines de militants, ont été attaqués simultanément. Les conséquences sont lourdes et très coûteuses :
- beaucoup de personnes et de familles à reloger ;
- de nombreux besoins, en raison de la vitesse et de la brutalité des expulsions (destruction d’équipements, stocks alimentaires, matériel médical, vêtements, effets personnels, jouets d’enfants, matériel pédagogique…) ;
- frais judiciaires…

Un appel à la solidarité internationale vient d’être lancé depuis Thessalonique.

Notre collectif de films solidaires Anepos a été chargé de cette tâche en France, Suisse et Belgique, par nos camarades, comme par le passé, lors de nos actions d’urgence communes, notamment pour les réfugiés du camp d’Idomeni durant l’hiver 2015.

Précisons que nous connaissons parfaitement bien les camarades de Thessalonique : nous avons tourné avec eux « Ne vivons plus comme des esclaves » en 2012-2013 et « Je lutte donc je suis » en 2014-2015 (Grigoris Tsilimantos, expulsé du squat Nikis et cofondateur de Mikropolis, est l’un des personnages des deux films) ; nous avons participé à des actions avec eux (pour l’usine autogérée VIO.ME, la ZAD de Chalcidique, la défense de l’eau en tant que bien commun contre la firme française Suez, l’aide aux réfugiés contre l’accord Union européenne-Turquie) ; nous avons participé à leurs assemblées, colloques et festivals ; nous avons également été logés à plusieurs reprises dans ces squats (notamment au squat Nikis qui était notre base quand nous séjournions à Thessalonique).

Cet appel est URGENT, tant pour les réfugiés que pour les membres du mouvement social qui vivaient avec eux et qui, les uns comme les autres, ont presque tout perdu.

Si vous voulez/pouvez les soutenir, trois possibilités très simples :


1- soit par PAYPAL

2- soit par CHÈQUE
à l’ordre de ANEPOS (ne rien ajouter sur l’ordre)
à envoyer à :
ANEPOS
« Urgence Solidarité Thessalonique »
BP 10 – 81540 Sorèze – France

3- soit par VIREMENT
IBAN d’ANEPOS :
FR46 2004 1010 1610 8545 7L03 730
BIC : PSSTFRPPTOU
En mentionnant en objet du virement :
« Urgence Solidarité Thessalonique »

Merci pour eux.

Action coordonnée par AK Thessalonique, collectif solidaire Anepos, espace social libre Mikropolis, notamment Niki Dimitriadi, Maud Youlountas et Grigoris Tsilimantos.

Contact : 06 18 26 84 95 ou maud@jeluttedoncjesuis.net.

Share Button

Vidéo: Smashing the fortress (sous-titre)

Si les sous-titres n’apparaisse pas cliquer sur « CC » puis « Francais »

Share Button

Vottem… 17 ans déjà…

Le centre fermé de Vottem près de Liège a été ouvert il y a de cela 17 ans.

17 ans que l’état belge y enferme des gen.te.s qu’il juge indésirable parce qu’ils/elles ne sont pas jugé.e.s rentable, parce qu’ils/elles ne sont pas né.e.s au bon endroit avec les bon papiers…

Vottem, Steenokkerzeel ainsi que tout les centres fermés ne sont ni plus ni moins que des prisons pour celleux qui ont voulu chercher ici une vie meilleur, qui ont voulu fuir la guerre et/ou la misère.

De nos jours, l’europe ressemble de plus en plus à une immense forteresse entourée de barbelés et de gardes frontières.

Les états jouent de plus en plus sur la stigmatisation des migrant.e.s pour détourner l’attention des mesures d’austérités et de la folie sécuritaire qui est en train de s’installer…

Le patronnat profite allégrement de cette répression pour se servir des sans-papiers comme d’une main-d’œuvre bon marché et docile.

Les passeur.euse.s et les marchands de sommeilles font également leurs beurres sur le dos des migrant.e.s pendant que chaque années des gen.te.s meurent en tentant de traverser.

Une manifestation est organisé ce 16 avril à 14h au départ de la place Saint-Lambert à Liège jusqu’au centre fermé de Vottem.

Venons nombreu.x.se.s y exprimer notre rage contre l’enferment, les frontières et leurs monde de morts!

 

Share Button

Déportations collectives de 78 Irakiens vers Bagdad

http://www.gettingthevoiceout.org/collectieve-deportatie-van-78-irakesen-naar-bagdad/
http://www.gettingthevoiceout.org/collective-deportations-of-78-iraqis-to-bagdad/http://www.gettingthevoiceout.org/deportation-collectives-de-78-irakiens-vers-bagdad/

Déportations collectives de 78 Irakiens vers Bagdad

Nous apprenons par les médias néerlandophones que l’office organise « le retour volontaire » de 78 Irakiens. 40 seront mis sur un avion ce vendredi 18/09/2015 et 38 ce mercredi 23/09/2015.

Le CGRA avait annoncé le gel provisoire des décisions relatives aux demandes d’asile irakiennes ; on lit sur le site du CGRA en date du 3 septembre 2015 : « Il ressort d’une première analyse de demandes d’asile introduites récemment par des personnes originaires de Bagdad (Irak) que nombre d’entre elles invoquent des faits assez similaires,d’une manière assez stéréotypée, et ne soumettent pas suffisamment d’éléments crédibles indiquant un risque réel en cas de retour. Il ressort en outre d’un certain nombre de sources que les conditions de sécurité actuelles à Bagdad ne sont plus celles qui prévalaient en 2014 et que la situation n’y est plus de nature à justifier
l’affirmation selon laquelle toute personne originaire de Bagdad encourt un risque réel d’atteintes graves en cas de retour. » – See
more at :http://www.cgra.be/fr/actualite/gel-provisoire-des-decisions-demandes-dasile-irakiennes

Le 09/09/2015 nous avions été alertés de la présence de 15 Irakiens dans le centre fermé 127bis. Le 14/09/2015 ils étaient 25 et lançaient un appel à l’aide
http://www.gettingthevoiceout.org/cible-actuelle-de-loffice-des-etrangers-les-irakiens/

Puis plus aucune nouvelle. Aucun d’eux ne voulait encore nous parler.
Des ONG ont été alertées et ont essayé de leur côté de prendre contact
avec le centre et les détenus sans succès.

Et avec raison : la presse néerlandophone nous apprend que 78 Irakiens ont « accepté »un retour volontaire et seront mis sur un avion ces vendredi 18/09/2015 et mercredi 23/09/2015.
http://deredactie.be/cm/vrtnieuws/videozone/programmas/journaal/2.40988

Et art ici

Mais pourquoi les Irakiens concernés qui auraient accepté un retour volontaire sont-ils enfermés ? Pourquoi ne veulent-ils plus parler à personne ?
Que signifient ces expulsions expéditives organisées par le CGRA et l’Office des Étrangers à peine 15 jours après les décisions de gel, et sans avoir une vue claire de la situation sur place !

Il nous semble évident que la majorité des personnes concernées ont été mises sous pression et qu’on leur a interdit tout contact avec l’extérieur.
L’expression « retour volontaire » annoncée par les responsables rime pour nous avec expulsions collectives par charter sous la menace.

Rien n’arrêtera nos autorités belges et européennes pour refuser,éjecter, que ce soit aux frontières ou dans les pays européens, pour appliquer la guerre aux migrants déclarés depuis déjà plusieurs années.

NO BORDER, STOP DEPORTATION

Share Button

Nouvelle horreur de la machine à déporter : Sabir Nosheen expulsée vers le pakistan

Sabir Nosheen a été expulsée ce vendredi matin.  Elle vivait en Belgique depuis 4 ans et risque de se faire tuer par sa famille ou enfermer 5 ans en prison pour s’être mariée en secret et avoir refusée un mariage forcé. Son mari avait déjà été tué par son frêre et son neveu…

Le matin de son expulsion elle avait téléphoné  au collectif « Getting The voice out » ; elle était entourés de 5 flics  à l’aéroport d’amsterdam qui la menaçaient de coups si elle parlait ou bougeait…

L’avion qui l’a conduite de Bruxelles à Amsterdam appartient à la société KLM.

Le conseil du contentieux des étrangers ainsi que le commissariat général aux refugiés et aux apatrides (un des rouages de la machine à expulser, enfermer, torturer et assassiner) ont même oser déclarés qu’elle devait « s’adapter aux traditions pakistanaises pour éviter les ennuis » (sic).

 

Share Button

Grosse intervention policière et arrestations pour couper l’élec au Caracole

Vu sur Indymedia Bxl.

Un petit retour sur les événements d’aujourd’hui au Caracole-Neur, lieu occupé à Namur.

Ce matin, deux travailleurs d’ORES sont venus toquer à la porte du Caracole. Ils voulaient voir le compteur. Les occupants n’ont pas voulu leur ouvrir la porte. Suite à cela ils nous ont menacés de venir couper l’électricité mais ils ont été vite refroidis par un déluge d’eau.

Ils ont ensuite appelé les pompiers qui eux même ont appelé la police.

Et là arrivèrent 1 combi, puis 2, puis 3, puis le G.I.S (aussi appelé Delta à Namur)…

Ces sales flics ont ensuite bloqué la circulation de la chaussée de Louvain (Un des plus gros axes de Namur, permettant notamment de rejoindre l’autoroute vers Bruxelles ), tenté de repousser les nombreux badauds sans succès, puis ont lancé l’assaut. Ils ont également arrêté des gens venus en soutien.

5 bolosses armées de flash ball (2 fn303) et d’un bélier ont alors commencé à défoncer la porte. Ils en sont venus rapidement à bout puis ont sorti et arrêté d’abord les occupants qui étaient restés dans la maison puis les 2 qui étaient monté sur le toit.

Les occupants et leurs soutiens sont resté en garde-à-vue pendant quelques heures et sont convoqué au commissariat de Namur en octobre.

Maintenant le Caracole est de nouveau occupé !

Share Button

Court-métrage sur les centres de rétentions : Balade au bois

Share Button