Vastes opérations de l’état turque contre les kurdes et l’extrême-gauche

Depuis vendredi passé, l’état turque a lancée des offensives aériennes contre le « terrorisme » attaquant des positions du PKK (Parti des travailleurs du Kurdistan), des YPG (milice d’autodéfense kurde) en Syrie ainsi que quelques rares positions de l’état islamique (DAESH) probablement plus pour faire bonne figure devant ses alliés de l’OTAN plus que par réel envie de lutter contre l’EI.

11760132_10153233518674355_517616627656131908_n11742645_10153233518694355_5434950839724763502_n

1300 personnes (selon les chiffres fournis au médias par l’état) ont également été arrêtée en Turquie dans une vaste opération « anti-terroriste ». Cette opération touche bien plus fortement les milieux d’extrême-gauche turque et kurde que les islamistes. Toujours selon les chiffres de l’état turque 847 personnes auraient été arrêtées pour leurs liens présumés avec la « rébellion kurde » (terme utilisé par les médias mainstream) tandis que 137 autres le seraient pour leurs liens avec l’EI.

 

Lors des perquisitions du 24 juillet, une militante du DHKP-C (communistes autoritaires)  Günay Özarslan a été abattu par la police.

Le cortège funéraire a été bloqué puis attaqué par la police à coup d’autopompes et de gaz lacrymogènes dans le quartier de Gazi. Ce qui a provoqué de longs affrontements. Des barricades ont été érigés par les habitants du quartiers et des manifestants ont jetés des cocktails molotov.

 

Share Button
0

Bxl: Action du collectif anonyme contre Coca-Cola

 

Voici un petit souvenir de nos vacances. Cette année nous avions choisit un lieu situé en altitude afin d’exercer notre passion commune pour l’escalade et avons décidé d’en profiter pour faire au passage un peu d’arrangement paysager.

Nous avons donc descendu de son piédestal la nouvelle publicité géante de Coca-Cola, installée depuis peu à quelques pas de la bourse (Bruxelles). En dehors du fait que nous entendons par là protester contre la colonisation de nos yeux par la publicité, vous trouverez ci-joint une petite liste des raisons de boycotter, de dénoncer, de détester, de faire disparaître définitivement la boisson non alcoolisée la plus vendue dans le monde :

– Ils s’approprient des nappes phréatiques, installent des pompages illégaux, vendent de l’eau du robinet dans des bouteilles.

Coca-Cola à repris pied en Inde le 23 octobre 1993, et possédait 52 « usines d’embouteillage » qui sont en réalité… des « usines de pompage ». Ils extraient entre 1 million et 1,5 million de litres d’eau par jour. En mars 2000, la multinationale s’est mise à puiser, en toute illégalité, des millions de litres d’eau pure dans plus de six puits forés par ses soins et équipés de pompes électriques ultra puissantes. Le niveau des nappes a terriblement baissé, passant de 45 mètres à 150 mètres de profondeur.
Au Mexique , la firme a privatisé des sources qui appartenaient à des communautés autochtones, des aquifères entiers grâce à la complicité du gouvernement de Vicente Fox (2000-2006) qui était l’ancien président… de Coca-Cola Mexique. Parmi les concessions d’eau acquises par Coca, huit lui permettent de jeter les déchets industriels dans les eaux publiques. Pour donner une idée, une seule usine peut utiliser plus de 100 millions de litres d’eau par an, soit la consommation de plus de 200 000 familles… dans un pays qui manque d’eau potable.
Affaire Dasani : La société Coca-Cola est également le troisième producteur mondial d’eau en bouteilles. Depuis 2004 Coca-Cola vend, en particulier, et seulement dans certains pays, une eau minéralisée sous la marque Dasani, qui a la particularité d’être en fait de l’eau du robinet purifiée à laquelle des minéraux sont ajoutés.

– Publicité massive :
Par exemple au Mexique ou grâce à une fondation, Coca est entré dans les campagnes, finançant des écoles, donnant des bourses aux étudiant.e.s, plaçant son logo partout, traduit parfois en maya. « Pourquoi boire de l’eau quand on a les moyens de s’offrir des boissons qui donnent plus d’énergie ? » peut-on lire ici ou là .

Comme tou.te.s les bruxellois.es le savent, Coca-Cola dispose d’une publicité géante et lumineuse place De Brouckère sur un toit, mais on sait moins qu’elle était en infraction totale avec les règles urbanistiques en rigueur à Bruxelles, jusqu’en 2013 où elle a été mystérieusement régularisée… .

– Haine du syndicalisme et abus divers en matière de droit des travailleuses.rs :
Un exemple clair de l’impitoyable et inhumaine expansion de Coca-Cola se situe au Guatemala où, depuis que le syndicat des travailleuses.rs de Coca-Cola a commencé à se construire, en 1968 jusqu’en 1980, six de ses dirigeants ont été assassinés et quatre portés disparus. Autre méthode criminelle utilisée par l’entreprise : l’occupation militaire d’usines et de sièges syndicaux par des corps armés de la transnationale et, dans ce cas, faisant partie de l’armée guatémaltèque. Durant une de ces occupations, le 21 juin 1980, EDGAR RENE ALDANA RUANO, travailleur de la fabrique occupée, fut torturé et assassiné.
La situation colombienne actuelle représente un autre cas exemplaire du comportement de la transnationale.

– Impact sur la santé
Il est impossible d’écrire toutes les atrocités commises par Coca dans le monde sous peine d’écrire jusqu’au mois prochain, mais comme on dit chez Coca-Cola « The truth is refreshing ! ».

Bisou boycott bisou !

Cocassetoi

Share Button
0

Bruxelles: un camp contre le TTIP du 13 au 17 octobre

Nous décidons de relayer cette appel pour un camp anti-ttip du 13 au 17 Octobre à Bruxelles

A la suite des mesures d’austérité, le cheval de Troie TTIP avance inexorablement. Ce traité menace notre santé, notre environnement et nos libertés.

L’objectif du TTIP : faire triompher la domination du pouvoir financier et des multinationales sur les peuples, avec la complicité de dirigeants politiques.

Mais la lutte s’organise contre ce qui n’est encore qu’un projet ! Des actions sont ainsi prévues à Bruxelles pour bloquer la tenue du conseil européen des 15 et 16 octobre et perturber le bon fonctionnement de la machine capitaliste. Le 17 octobre se déroulera une manifestation internationale.

Afin d’accueillir les militants, un camp libre à proximité des institutions européennes sera mis en place. Ce sera l’occasion de renforcer nos liens et notre unité par le partage d’informations, de moyens d’action et par la solidarité concrète dans la lutte. Nous y préparerons les actions qui perturberont au maximum ce conseil européen et le monde qui va avec !

Rassemblons nous à Bruxelles pour exprimer notre colère et montrer aux dirigeants que nous aussi nous savons nous organiser !

Share Button
0

Lille se mets à la radio pirate

Les radio pirates avaient une place important dans les médias alternatifs et dans les luttes sociales des années 80-90 mais cela faisait bien longtemps que l’on en entendait plus trop parler (elles n’ont pourtant pas tout à fait cesser d’exister même si la plupart d’entre-elles ne touchent plus vraiment à la contestation social). Et bien des lilloisEs ont décidéEs de remettre ce moyen de communication au goût du jour comme le montre l’article d’indymedia lille reproduis ci-dessous.

pirate3

Avis à la population !

Un nouveau collectif voit le jour sur la métropole lilloise pour squatter la bande FM.
De manière sauvage RADIO BANDITA diffusera épisodiquement mais régulièrement tout objet sonore qui lui passera sous la dent et dont le contenu serait susceptible d’intéresser son monde. Ces forbans de l’onde vous donneront à écouter de la musique, des reportages et des infos toutes fraîches du front des luttes quotidiennes. Contre la montée vertigineuse du flicage de nos vies et l’information pré-digérée des mass-médias, pour faire face à cette idée fantomatique qu’est devenue la liberté d’expression et toutes ces vraies radios faussement libres, une joyeuse bande de vauriens, brigands et autres fripouilles a décidé de renouer avec une ancienne coutume tombée en désuétude à la fin du siècle dernier : la piraterie radiophonique. RADIO BANDITA émettra ses filouteries hertziennes sur différentes fréquences et à diverses heures du jour et de la nuit. Restez donc aux aguets et faites tourner l’info.

Parce qu’il y a beaucoup à dire mais aucun compte à rendre, squattons tout même la bande (FM) !

Pour sa première, Radio Bandita piratera les ondes de Radio Campus Lille suite à l’éviction de l’émission Zapzalap de sa grille de programmes. Elle diffusera donc la nouvelle émission Zapzalap contre la loi sur le renseignement récemment adoptée.

A écouter ce mardi 7 juillet 2015 :
à 18h00 dans les quartiers de Wazemmes et Moulins sur le 106.6 FM.

Puis Bandita changera ensuite de fréquence et diffusera sur l’ensemble de la métropole lilloise à partir de 20h00 sur le 106.3 FM. Notez la fréquence !

Share Button
0

La censure d’internet ne fait qu’empirer…

Alors qu’il y a moins d’une dizaine d’années, le blocage de sites internet était encore présenté dans les médias comme une horrible pratique de censure typique de certaines dictatures; de nos jours cette pratique semble être rentré dans les mœurs de nos « démocraties » et plus personnes ne trouve plus rien à y redire(sic).

En Belgique cette pratique de censure se répand de plus en plus alors que seul 20 sites hébergés à l’étranger ont été bloqués en 2013 et 73 en 2012, 127 sites ont été bloqués en 2014 selon une réponse donnée par le ministre de l’intérieur à une question parlementaire.

Selon des estimations seul 40% du trafics vers des sites censurés est réellement bloqué. En effet il est pour l’instant très simple de contourner la censure.

Share Button
0